Formule 1

‘Ce n’est pas un politicien’ : Magnussen fan de la personnalité de Steiner

‘A certains égards, nous sommes similaires’

Recherche

Par A. Combralier

7 juillet 2019 - 15:09
‘Ce n'est pas un politicien' : Magnussen

Le grand public a véritablement découvert la personnalité de Günther Steiner, le directeur de Haas, à l’occasion du documentaire Netflix « Drive to Survive ». Dans la série, Günther Steiner apparaissait comme quelqu’un de très expressif, direct, franc, et ses très nombreux jurons tout au long de la saison lui ont valu une certaine réputation dans le paddock.

Günther Steiner a pu aussi apparaître comme très dur, notamment envers Romain Grosjean durant la première moitié de la saison dernière, lorsque le Français enchaînait les échecs. Au quotidien, le directeur de Haas est-il ainsi un manager facile à vivre ? Ce côté très franc, est-ce un atout en week-end de Grand Prix ?

Interrogé dans le podcast « Beyond the Grid », Kevin Magnussen a dit tout le bien qu’il pensait de la personnalité de son patron…

« Il est très direct, c’est ce que j’aime chez lui. Il n’y pas d’embrouille avec lui, ce que vous voyez, c’est ce que vous aurez. Il vous dit ce qu’il pense, et passe à la suite. Ce n’est pas le genre de personne à jouer en coulisses, ce n’est pas un politicien, c’est un racer. Et c’est un gars droit. »

« C’est un type émotif. Il est vraiment heureux quand on performe bien, et vraiment déçu quand ce n’est pas le cas. Et c’est bon à voir. Il n’est pas ici pour de mauvaises raisons, il est là parce que c’est un racer et parce qu’il sait bien faire les choses. »

En réalité, Kevin Magnussen et Günther Steiner semblent partager bien des points communs : deux racers old-school, deux hommes directs qui ne prennent pas de détours…

« A certains égards oui, nous sommes vraiment similaires. Mais nos cultures sont très différentes. »

« Il est vraiment 100 % plus facile de travailler avec lui qu’avec d’autres patrons dans le paddock. »

Kevin Magnussen a peut-être une réputation plus tranchée encore que Günther Steiner : le Danois, sur la piste ou en dehors, a une image de mauvais garçon… Une réputation méritée, voire voulue ? Se soucie-t-il de son image ?

« Sur le plan du pilotage, pour tout ce qui concerne, au moins, la F1, je ne me soucie pas de ce que les autres gens pensent. C’est le sport… »

Admet-il être un pilote plus viril, voire plus dangereux que d’autres ? Sûrement pas !

« Je ne sais pas. Je suis l’un de ces cinq pilotes ayant reçu le moins de points de pénalités. »

Haas F1

expand_less