Formule 1

Ce matin, Kubica ne s’est pas intéressé à son meilleur temps mais au ressenti dans l’Alfa

Il a dû s’adapter à une hausse franche de rythme

Recherche

Par A. Combralier

26 février 2020 - 15:17
Ce matin, Kubica ne s’est pas intéressé

Comme la semaine dernière, Robert Kubica est le seul pilote-non titulaire à prendre part aux essais de Barcelone cette semaine – une preuve de confiance de la part d’Alfa Romeo. Le Polonais a même eu le luxe de signer le meilleur chrono de la matinée, avec un 1’16’942.

Ce chrono est-il de l’ordre de l’anecdote, étant donné qu’aucune équipe n’a vraiment recherché la performance, ou du beau symbole ? Robert Kubica a en effet vécu une dernière saison très difficile chez Williams, où il était régulièrement le moins rapide du plateau.

Le Polonais, interrogé à Barcelone après son roulage, retenait plutôt la première option : ce meilleur chrono matinal ne signifie finalement pas grand-chose…

« Cela n’a pas vraiment d’importance, ce qui compte c’est le ressenti dans la voiture. Lorsque vous tournez deux ou trois secondes plus vite que lors de la semaine dernière, ce ressenti reflète la qualité de tout ce qui se trouve dans la voiture, il reflète la performance de la voiture. »

« Le fait est que l’année dernière, vous pouviez me trouver en partant du bas des feuilles de temps, mais cela n’a pas vraiment d’importance. Ce qui compte, c’est le ressenti, c’est le fait que nous avons eu une assez bonne journée, avec pas mal de choses intéressantes que nous pouvons maintenant passer en revue, en comparant les données avec mon ressenti. »

« Je pense que ce sera un résultat assez clair que nous trouverons et, dans l’ensemble, ce n’est jamais facile de rouler le matin du premier jour, avec une piste qui manque d’adhérence ; mais aujourd’hui, les sensations étaient assez bonnes. »

« Mais déjà la semaine dernière, quand j’ai conduit pendant la première demi-journée, le ressenti était probablement encore meilleur, parce que j’essayais différentes choses, et j’ai dû peu à peu gagner en vitesse et en rythme pour me préparer et examiner diverses choses pour l’Australie [en prévision du premier Grand Prix]. »

« Normalement, vous ne testez qu’une seule fois quelques pièces, car il est important de passer en revue toutes les choses que vous avez et de conserver celles qui fonctionnent le mieux. Cela prendra plus de temps pour améliorer certains éléments, avant que nous allions en Australie. »

Par rapport aux essais de l’an dernier, Robert Kubica a gagné, sur un tour, deux secondes, en passant de la Williams de 2019 à l’Alfa Romeo de 2020. A-t-il eu de mal à s’adapter à cette différence de rythme ?

« Parfois, les gens pensent que plus on va vite, plus c’est difficile, mais je dirais que faire 1’17 cette année, ce n’est pas plus difficile que faire 1’19 ou 1’20, ce que je faisais l’année dernière. C’est un niveau de difficulté différent, oui, un peu, mais la réalité, c’est que déjà, la semaine dernière, lors de la première matinée de roulage, au premier tour, j’avais en fait plus de problèmes à ajuster mon cerveau à la vitesse. »

« Je savais bien ce que c’était de tourner sur ce circuit, mais je devais aussi gérer de plus hauts niveaux d’appuis – qui me permettaient d’aller plus vite. Mais mon cerveau me disait ‘jusqu’à preuve du contraire ce n’était pas possible’, donc cela m’a pris quelques tours pour avoir un vrai ressenti. »

« Il y a un grand ami que vous avez dans le paddock – il n’y a pas beaucoup d’amis, parce que ce sport est assez rude. Cet ami, c’est l’appui. Une fois que vous l’avez avec vous, c’est un grand ami, il vous aide beaucoup. »

Retrouvez toutes les photos de la journée d’essais à Barcelone en cliquant ici (galerie mise à jour régulièrement).

Alfa Romeo Racing

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less