Formule 1

Albon savait ’dès le virage 4’ qu’il n’y aurait pas assez de temps

Il n’a pas pu signer de chrono en Q3

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 septembre 2019 - 19:22
Albon savait 'dès le virage 4' qu'il (...)

Alex Albon a été un des pilotes les plus pénalisés par le bouchon créé en fin de Q3, qui a empêché les pilotes de faire un dernier tour chronométré. A cause de l’accident de Kimi Räikkönen, le Thaïlandais n’avait pas pu en faire un avant et a terminé sa séance sans chrono, au huitième rang.

"C’était un peu étrange, on n’a pas fait de temps avant donc on avait plus de raisons que d’autres de faire un tour" regrette Albon. "Il n’y a personne à blâmer, c’est juste l’aspiration qui est bien plus rapide et que ce n’est pas comme ça quand on est devant. On ne veut pas être devant."

"Nous avons tous joué ce jeu. Les gars qui ont fait un tour devant nous savaient qu’ils n’auraient pas besoin de faire un temps sur le run suivant. Nous avons essayé de les passer car nous allions tous de gauche à droite pour garder la température dans les pneus."

"On ne peut même pas dépasser car on ne sait pas où on peut le faire. Nous avons déjà parlé de cette situation lors des briefings. Nous savions que ça se produirait, mais je ne pense pas que quiconque s’attendait à une situation aussi mauvaise."

Il explique une situation d’autant plus ridicule lorsque tout le monde a compris qu’il manquait du temps : "Tout le monde a repris le rythme quand il s’est avéré qu’on n’avait pas assez de temps, et sur la fin du tour on était presque à fond."

"Je savais dès le virage 4 [qu’on n’y parviendrait pas]. Tout le monde était trop lent. Tout le monde continuait à faire chauffer les pneus. On veut juste dépasser un maximum de voitures mais on ne peut pas."

Le pilote Red Bull est frustré car il pense qu’il aurait pu mieux faire que cette huitième position : "Il y a eu des moments durant le week-end où je me suis senti bien avec la voiture, avant même les EL3, je me sentais très bien. Je continue à comprendre la voiture, et parfois je vais dans une direction qui n’est pas la bonne."

"C’est simplement parce que j’apprends ce dont la voiture a besoin pour être rapide. Globalement, ce n’est pas mauvais. J’étais plutôt satisfait de cela. Il reste du travail mais même dans le dernier relais, le rythme était bon. Ce n’était peut-être pas celui de Charles [Leclerc] ou de Lewis [Hamilton], mais nous pouvions nous battre pour être quatrième, cinquième ou sixième."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less