‘C’était nous contre nous’ : Ferrari luttait contre son ombre en 2021 pour Mekies

Le véritable adversaire n’était pas McLaren

Recherche

Par Alexandre C.

12 février 2022 - 11:45
‘C'était nous contre nous' : (...)

L’affrontement entre McLaren et Ferrari, l’an dernier, pour la 3e place au classement des constructeurs, a tenu en haleine les deux équipes, et les spectateurs, pendant presque toute la saison, avant que Maranello ne prenne l’avantage.

Mais selon Laurent Mekies, le directeur sportif de la Scuderia, le véritable adversaire des Italiens l’an dernier n’était pas McLaren mais… Ferrari.

« C’était nous contre nous » résume-t-il ainsi sur la saison 2021.

Peut-il détailler ?

« En 2020, nous n’étions pas satisfaits de notre performance. Nous n’étions pas satisfaits de l’efficacité aérodynamique. »

« Puis nous avons acquis une certaine confiance au début de l’année 2021, car certains des problèmes majeurs que nous avions avec la voiture de l’année précédente n’étaient plus aussi graves. »

« Cela ne vous donne pas une réponse quant à votre position par rapport à la concurrence, mais cela vous donne une réponse ou un indice sur ce qui est crucial à faire. Parce que c’est aussi cela qui vous permet finalement de progresser dans votre développement. Ce n’était pas la panacée, mais c’était un pas dans la bonne direction. »

Ferrari semble en particulier avoir progressé dans les virages lents : les deux poles de Charles Leclerc, à Monaco puis à Bakou en témoignent. Mekies confirme mais complexifie le constat.

« Là, comme toujours, c’était une combinaison de plusieurs facteurs - les circuits, nos pilotes qui étaient très concentrés, la préparation qui leur a permis de construire la bonne confiance et la voiture qui a bien fonctionné dans ces conditions. »

« Je ne dirais pas que c’était juste un de ces facteurs. Parce que sur d’autres circuits, dans les virages lents, nous avons trouvé un peu de performance mais malheureusement nous n’avons pas pu atteindre le niveau de Bakou et Monaco. »

« Vous pouvez voir que Budapest a été une bonne course pour nous, une bonne performance, mais certainement pas comme Monaco et Bakou. Monaco et Bakou, il y avait d’autres paramètres - comment faire fonctionner un pneu sur un circuit urbain pour que les pilotes aient la bonne confiance et des choses comme ça. »

Du reste Ferrari avait aussi montré des progrès dans les virages à haute vitesse : rappelons que Charles Leclerc avait failli gagner à Silverstone face à Lewis Hamilton !

« C’est un bon point, nous avons également obtenu de bons résultats sur les circuits à haute vitesse. On peut dire que oui, c’est vrai. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos