Brown : Quand je suis arrivé chez McLaren F1, c’était pire que je ne le pensais

"Une nouvelle direction et un nouveau leadership pour libérer le talent"

Recherche

Par Olivier Ferret

18 juillet 2022 - 14:30
Brown : Quand je suis arrivé chez (...)

Zak Brown a décrit la situation dans laquelle il est arrivé chez McLaren comme "pire que je ne le pensais" après la reprise de l’équipe sous sa direction.

L’Américain a rejoint McLaren en novembre 2016 à un moment où l’une des équipes les plus légendaires du sport était au plus bas. L’équipe, avec Fernando Alonso et Jenson Button au volant, a terminé sixième du championnat des constructeurs et a subi neuf abandons au cours de la saison, la 2e avec Honda F1.

L’année suivante, la spirale descendante s’est poursuivie avec la neuvième place du championnat 2017.

Brown a été crédité pour avoir renversé l’ambiance et l’éthique de travail au McLaren Technology Center, l’usine de Woking.

"C’était pire que je ne le pensais en ce qui concernait l’environnement, l’ambiance, ce qui se passait. J’ai rejoint cette entreprise lors de ce qui allait être en 2017 la pire année de l’histoire de McLaren."

"Nous en étions à notre deuxième année de relation avec Honda, avec laquelle nous avons eu du mal, mais la logique voulait que la troisième soit meilleure que la seconde. En fait, cela a fini par se passer dans l’autre sens."

"Ce n’était en aucun cas ’tout est de la faute de Honda’, c’était tout l’environnement. Alors que j’ai pensé que j’entrais dans une structure qui était déjà en train de rebondir, j’ai vite compris qu’en fait ça continuait à baisser."

"C’était donc une surprise, mais je savais que compte tenu du nombre de courses que cette équipe avait remportées, du nombre de championnats remportés, qu’il y avait beaucoup de talents ici, mais ils avaient peut-être juste besoin d’une nouvelle direction et d’un nouveau leadership pour libérer le talent qui était ici, qui est ici, et ça a été une grande épopée."

Depuis, l’équipe s’est bien redressée et a terminé troisième chez les constructeurs et Lando Norris est devenu l’un des pilotes les plus brillants du sport. McLaren a également été décrite comme l’une des équipes les plus positives dans le paddock : Ron Dennis n’aurait jamais pu avoir ce titre !

"Probablement ! C’est vrai que du côté de la culture d’équipe, nous nous amusons maintenant," répond Brown. "Si vous vous amusez à courir, et comment pourrait-il en être autrement même si ne pas gagner n’est pas amusant, les gens vous font confiance et travaillent plus dur."

"La F1, c’est un travail difficile, à n’importe quel poste. C’est un travail amusant, mais difficile. La communication était mauvaise, la confiance était faible. Donc, c’était toutes sortes de problèmes culturels. C’était une chose à régler."

"Ensuite, nous avions des problèmes techniques. Notre soufflerie est obsolète, nous avons une nouvelle soufflerie qui arrive, notre simulateur était vieux, notre usine de production était un peu obsolète. J’ai donc trouvé que culturellement, nous n’étions pas dans un endroit formidable, l’équipe ne fonctionnait pas comme une équipe, comme une seule unité. Et puis techniquement, nous étions en retard sur certains de nos investissements."

"Donc, ce sont ces deux choses que j’ai décidé de changer et jusqu’à présent, tout va bien, mais nous ne sommes toujours pas là où nous voulons être."

Changer une équipe de Formule 1 n’est pas une mince affaire et Brown admet que c’était certainement plus difficile qu’il ne le pensait, mais que cela en valait la peine.

"J’ai apprécié le chemin et cela le rend plus agréable parce que lorsque vous remportez votre première victoire à Monza, tout le sang, la sueur et les larmes qui se sont produits à ce moment-là trouvent du sens."

"A Spa, Lando allait probablement être en pole et j’aurais détesté que ce soit notre première victoire, où vous gagnez une course que vous n’avez jamais réellement courue."

"Donc, pour en quelque sorte à Monza, une piste emblématique, terminer un et deux, prendre la tête au départ, ne jamais regarder derrière, les meilleurs arrêts au stand de la course, les tours les plus rapides de la course. Tout s’est réuni, ce qui a été extrêmement gratifiant."

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos