Formule 1

Brown maintient les ’deux à dix ans’ pour une victoire de McLaren

Mais l’équipe a un meilleur organigramme

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 mai 2019 - 08:32
Brown maintient les 'deux à dix ans' (...)

McLaren pourrait bien devoir attendre le changement de règlement 2021 pour faire les progrès attendus. Son PDG, Zak Brown, assure que l’équipe aura besoin de temps et d’un règlement plus équitable pour remonter la pente.

"Cela sera long" avoue-t-il. "A court terme, nous devons nous battre contre quelques équipes qui ont un gros budget et nous savons que les problèmes de ressources seront réglés en 2021. Je pense que lorsque la F1 ira vers sa nouvelle phase, cela jouera en faveur de McLaren, donc il fallait démarrer notre reconstruction."

"Nous avons recruté Andreas Seidl et James Key, et Gil de Ferran, et l’équipe fonctionne bien mieux qu’avant. Il faut qu’on construise une meilleure voiture."

Il le redit, il faudra deux à dix ans à McLaren pour gagner de nouveau des courses, comme il l’avait annoncé à l’intersaison : "Je pense que ce sera dans cette fenêtre 2-10, j’espère au milieu, que McLaren gagnera des courses. Mais je n’ai aucun doute sur le fait que nous recommencerons à gagner."

Andreas Seidl est arrivé dans l’équipe avec le titre de Team Principal, et Brown pense qu’il était bon de lui donner un titre des plus clairs : "Je pense que c’était un peu vague avant, alors que là, tout le monde comprend qui gère l’équipe de F1. Nous avons fait cette modification quand il est arrivé pour que ce soit bien clair."

Il reprécise l’organigramme de McLaren : "Je suis PDG de McLaren Racing, donc tout ce qui concerne la course passe par moi. Mais c’est un effort d’équipe. Andreas a la responsabilité totale de l’équipe de F1. Et en dessous, c’est James Key [le directeur technique] qui s’en remet à Andreas."

"Nous avons aussi les 500 Miles d’Indianapolis que nous faisons, et nous les avons séparés, c’est Gil de Ferran qui est responsable du programme, mais c’est à moi que revient la responsabilité de m’assurer que nous sommes performants et que c’est économiquement viable."

McLaren

expand_less