Formule 1

Boullier veut sauver le GP de France et tacle les courses ‘sans réel intérêt historique’ en F1

Une situation économique impossible avec le coronavirus ?

Recherche

Par Alexandre C.

20 avril 2021 - 14:51
Boullier veut sauver le GP de (...)

Le Grand Prix de France au Castellet, annulé l’an dernier, va-t-il enfin pouvoir se tenir le 27 juin prochain ? Et si oui, le huis-clos sera-t-il inévitable ?

La question de l’accueil du public est presque aussi importante que l’organisation même de la course. Car sans public, le Paul Ricard est inévitablement condamné à organiser un Grand Prix en pure perte.

Normalement le circuit peut accueillir 65 000 spectateurs (140 000 visiteurs sur trois jours en 2019). Mais sans aucun doute, si le public se présente dans le Var, ce sera avec une jauge réduite. Eric Boullier, à la tête du Grand Prix de France, prévoit donc de jouer la sécurité, en répartissant alors le public en trois zones distinctes, pour éviter les contacts, avec respect des règles de distanciation.

L’hypothèse retenue est celle de 15 000 personnes (par jour) soit une baisse vertigineuse de presque 80 %. La conséquence serait inéluctable : comme les recettes constituent l’essentiel des revenus du Grand Prix (16 millions d’euros en temps normal pour les recettes, 14 millions de subventions), le Grand Prix tomberait dans le rouge.

Dans les colonnes du Figaro, Boullier soupire et le sait : même si le Grand Prix a lieu, ce serait pour perdre de l’argent.

« Au moins quand on se bat pour gagner un Grand Prix en piste, on a le contrôle sur ce que l’on fait. C’est assurément plus confortable que de lutter contre un virus invisible. »

« Avec cette jauge de 15 000 personnes, nous n’aurons que 20 % des produits de recettes. »

Que faire alors ? Boullier serait en discussions avec Liberty Media, afin de baisser le coût que doit payer le promoteur à la FOM (21 millions d’euros).

21 millions d’euros : un chiffre qui peut paraître élevé, mais qui est à comparer aux 65 millions de retombées économiques du Grand Prix pour la région, en termes de tourisme et de visibilité (selon le cabinet Deloitte).

Boullier confirme ces négociations avec Stefano Domenicali : « Il est tout à fait possible de continuer à prendre en charge l’organisation complète du Grand Prix tout en renégociant une partie du prix du plateau. C’est le meilleur compromis qu’on peut trouver. Cela reste des négociations commerciales avec un contrat en place et des accords signés, mais j’espère que le bon sens prévaudra. [Il faut] perdre le moins d’argent en offrant la plus belle course possible aux téléspectateurs ainsi qu’aux spectateurs. »

Au moins la demande du public est là tant le programme est alléchant : F1, Porsche SuperCup, F3, ouverture des W Series, et, selon le Figaro, présence de Romain Grosjean avec quelques tours de piste devant son public. Un moment fort qui attirera du public.

« Nous sommes agréablement surpris » confie Boullier. « On a constaté une réelle appétence malgré les incertitudes sur la situation. On a quasiment vendu tous les billets. Nous serons prêts en cas d’annonce tombant courant mai ou juin tout en maintenant les protocoles sanitaires actuels. »

L’avenir du Grand Prix est-il alors en péril pour la suite et notamment pour 2022 ? C’est en effet fin 2022 que le contrat du Paul Ricard expire avec la FOM. L’expansion de la F1 en Arabie saoudite à Miami pourrait d’ailleurs amputer le calendrier européen d’une course.

En réaction, Boullier ne se montre pas tendre avec ces nouveaux rendez-vous, ni avec la stratégie de la FOM.

« La volonté est clairement de continuer. Si ça ne dépendait que de moi, je résignerais pour dix ans, mais j’ai un conseil d’administration auquel je dois rendre des comptes. »

« La sirène [des nouveaux Grands Prix] peut être un peu plus jolie que ce qu’elle n’est réellement. On s’en est aperçus avec certains Grands Prix qui ont été annoncés avec fracas et qui n’ont pas tenu dans le temps. La question est de savoir si les Américains voudront toujours des Grands Prix solides, dans la durée avec du sens et un réel intérêt historique par rapport au passé de la discipline. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less