Formule 1

Bottas toujours furieux sur sa pénalité : ‘On a voulu m’entuber’

Un message pour la FIA ou McLaren ?

Recherche

Par Alexandre C.

26 juin 2021 - 17:25
Bottas toujours furieux sur sa (...)

Valtteri Bottas ne digère toujours pas sa pénalité de trois places, infligée hier alors qu’il est parti en tête-à-queue en EL2 dans les stands. Cette pénalité fera reculer le Finlandais du 2e au 5e rang au départ de la course demain.

Interrogé après les qualifications, le pilote Mercedes a franchement attaqué la décision des commissaires, avec peut-être aussi en tête sa 2e place perdue…

« Mon opinion personnelle est que c’est assez dur et sévère, comme pénalité. »

« Je n’aurais jamais imaginé qu’après cela, il y aurait une pénalité. Mais bien sûr, les autres équipes, quand elles voient l’opportunité, se plaignent que c’est dangereux, etc, pour que nous soyons pénalisés. »

Et Valtteri Bottas d’employer même des mots forts dans cette affaire... visait-il McLaren, dont le directeur sportif Paul James s’est plaint auprès de Michael Masi, le directeur de course de la FIA, à la radio, de l’incident ?

« C’est comme ça que ça se passe. Tout le monde essaie toujours de vous entuber dans ce sport. »

« Oui, cela peut être dangereux s’il y a beaucoup de monde dans la pitlane, mais... bien sûr, les autres équipes, quand elles voient l’opportunité, se plaignent. »

Que peut dire Valtteri Bottas sur son incident ? Apparemment Mercedes essayait une nouvelle technique pour s’extraire des stands, en partant de la deuxième vitesse. Assez ironique alors que Mercedes a justement fait remarquer que les arrêts aux stands de Red Bull étaient trop rapides et donc dangereux !

« Ça m’a vraiment surpris. Je n’avais jamais imaginé que ça arriverait dans la pitlane. Nous avons décidé d’essayer quelque chose de différent, de nous élancer avec un deuxième rapport, parce que parfois avec un rapport plus élevé, vous avez un régime plus bas et peut-être vous pouvez gérer le patinage. »

« Mais une fois que j’ai eu le patinage, ça m’a vraiment surpris. Peut-être que la voie des stands était légèrement humide à cause de la bruine. »

« Je n’ai pas pu tenir la voiture, le comportement est différent en deuxième vitesse et en première. »

Valtteri Bottas s’est trouvé un allié inattendu par la suite en la personne d’Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1. Hier, il trouvait lui-même pourtant cette pénalité « dure » – rappelons que Valtteri Bottas est parti en tête-à-queue devant les stands McLaren, et que les mécaniciens orange ont aidé la Mercedes à repartir dans le bon sens.

Et l’Allemand de rappeler que « l’important était que personne n’avait été blessé. »

« Je ne sais pas exactement quelle est la raison de son tête-à-queue. Nous avons essayé de l’aider à repartir avec notre équipe. Nous devons juste aller de l’avant. »

La grille de départ du GP de Styrie :

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less