Formule 1

Bottas savoure son retour en grâce avec un ’Fuck you’

Sa Mercedes était ‘incroyable’ à Melbourne

Recherche

Par Valentin Vilnius

17 mars 2019 - 12:34
Bottas savoure son retour en grâce (...)

Valtteri Bottas a surpris Lewis Hamilton au départ de ce Grand Prix d’Australie, avant de creuser l’écart par la suite, sans être inquiété le moins du monde par son coéquipier.

Le Finlandais a connu un dimanche au plus-que-parfait, puisqu’il a même signé le meilleur tour de la course, avec le point bonus qui l’accompagne.

« Le départ était le moment-clef » détaillait-il en conférence de presse. « J’avais le rythme et il aurait été dommage d’être coincé derrière une autre voiture. J’ai vraiment pris du plaisir après ce départ, et ça n’aurait pas été possible sans une voiture incroyable. »

« Au début, il fallait plus gérer la course et j’ai vu après cinq, six tours, que je commençais à construire un écart. Je savais que je pouvais le faire, je l’avais fait par le passé. Quand vous êtes en plein dedans, cela vous semble plus facile. »

Déterminé, le pilote Mercedes avait voulu rentrer aux stands quelques tours avant l’arrivée, pour être certain de signer le meilleur tour… Un risque que n’a pas pris Mercedes, sans dommage.

« 26 points, c’est mieux que 25 ! » se justifie le pilote leader du championnat. « Et finalement j’ai marqué le point du meilleur tour. C’est un peu risqué avec des pneus usés, mais cela valait le coup. Chaque point comptera et je ne pourrais être plus heureux pour moi et l’équipe. Je sais que Toto Wolff n’est pas heureux, puisqu’il nous avait interdit d’essayer de signer le meilleur tour si nous occupions les deux premières places. »

« Mais je devais le faire. C’est un point, et si vous en marquez trois de plus, cela peut faire une grande différence en fin d’année, on ne sait jamais. Bien sûr, prendre 18 ou 15 points, c’est toujours plus important que d’avoir ce point bonus, donc il faut calculer le risque mais aujourd’hui, cela en valait la peine. »

Après une deuxième moitié de saison à oublier, Valtteri Bottas a prouvé à tous qu’il avait remis les pendules à l’heure, et de quelle manière !

« Je n’avais jamais connu une course comme celle-ci. J’avais juste un bon ressenti dans la voiture. J’aurais pu aller plus vite en qualifications, mais je n’ai pas pu et Lewis oui, mais dans l’ensemble, c’est le dimanche qui compte. »

« Votre cerveau mouline et vous dit que c’est facile, mais ça ne l’est pas, il y a tant de choses qui peuvent mal se passer, surtout quand vous avez cet écart avec votre coéquipier. J’ai personnellement des objectifs élevés, et si vous êtes derrière et que vous échouez à les atteindre, c’est difficile. Retrouver votre niveau de performance prend du temps. »

« Pendant les vacances de Noël, je ne me sentais pas bien du tout, mais en janvier, j’ai commencé à me sentir mieux et à revenir. »

Avec 26 points marqués, Valtteri Bottas a déjà huit points d’avance sur Lewis Hamilton et en cas de nouvelle victoire à Bahreïn, il creusera encore l’écart.

« Je ne pense pas avoir déjà mené un championnat. Je sais que ce n’est que la première course de l’année. Je suis très heureux de ce début de saison. L’équipe a un package très solide, qui va encore progresser. »

Perdues dans les réglages et moins rapides en lignes droites, les Ferrari ont fini à une minute de Valtteri Bottas… Le Finlandais enterre-t-il d’ores et déjà la Scuderia ? Evidemment non…

« Il est impossible de tirer une conclusion pertinente, mais nous avons vu le rythme pur de l’équipe en qualifications, avec une bonne avance sur Ferrari. Le rythme de course était aussi solide, beaucoup plus solide que ce à quoi nous nous attendions. Ce sont des bonnes nouvelles, cela montre que nous avons définitivement fait les choses comme il faut entre les essais hivernaux et maintenant, concernant la direction de travail sur la voiture. »

Venons-en à la phrase revancharde de cette journée : dans son tour d’honneur, Bottas a lancé à la radio un très chaleureux "Fuck you à ceux qui se sentent concernés", s’adressant ainsi à tous ceux qui l’ont critiqué ces derniers mois.

"C’est juste venu comme ça, je voulais leur adresser mes salutations les plus chaleureuses," explique Bottas. "C’est tout, il n’y avait rien de pensé ou préparé, c’est venu comme ça."

"De toute évidence, il y a aussi de nombreuses personnes qui me soutiennent, et honnêtement, j’apprécie beaucoup. Il y a toujours des hauts et des bas, et vous pouvez vraiment voir d’où vient le vrai soutien, assez facilement."

"Et puis, à travers les moments difficiles, il y a une autre catégorie de personnes, qui est beaucoup plus négative. C’est leur faiblesse, pas la mienne."

Estime-t-il donc que les critiques de l’année dernière étaient injustes ?

"Je ne peux pas dire injuste, car tout le monde peut dire ce qu’il a envie. Juste, pour qui se sent concerné, peut-être qu’ils devraient parfois se regarder dans le miroir et se demander pourquoi ils le font. Mais moi, ça va !"

Pour finir sur une note plus positive, Valtteri Bottas a tenu à rendre hommage à Charlie Whiting pour ce premier Grand Prix de l’année.

« Je veux juste dire ‘Merci Charlie’. Cette victoire est pour Charlie et pour tout son travail en F1. Il a énormément fait pour la F1. Ce qu’il a fait signifie beaucoup pour nous. »

Mercedes

expand_less