Formule 1

Bottas perdait 50 points d’appui avec le débris sous son fond plat

Ce qui explique son erreur face à Verstappen

Recherche

Par Alexandre C.

2 novembre 2020 - 09:18
Bottas perdait 50 points d’appui (...)

La course de Valtteri Bottas à Imola aura été handicapée, tout le long, par un débris de grande ampleur qui est venu se loger sous le fond plat de la Mercedes. Le rythme du Finlandais était ainsi en-deçà de son potentiel.

D’où venait ce débris ? En conférence de presse, Valtteri Bottas en disait plus sur un débris que la direction de course n’a pas signalé véritablement et qui provenait en fait de la monoplace de Sebastian Vettel, qui a percuté Kevin Magnussen au 1er tour.

« En fait, c’était au deuxième tour, à la sortie du septième virage. Sur la trajectoire… je n’avais pas assez de temps pour réagir. J’ai vu un gros morceau de carbone, alors j’ai décidé que la seule chance... ce que je devais faire, ce que j’avais le temps de faire, c’était de viser pour voir au moins comment le heurter. Apparemment, c’était comme 50 points d’appui en moins, ce qui, en temps au tour, représente beaucoup. La façon dont cela m’a affecté, je dirais principalement dans les virages à grande vitesse. Je sentais que la voiture glissait un peu et dans certains freinages, c’était un peu imprévisible, donc parfois je bloquais les roues et parfois elle s’arrêtait assez rapidement. »

« En fait, mes ingénieurs m’ont averti qu’ils pouvaient voir des graviers, peut-être, au deuxième tour dans le septième virage parce qu’ils pouvaient voir une sorte d’avertissement quelque part mais il n’y avait pas de drapeau jaune, mais c’était un gros débris et je n’avais pas assez de temps pour réagir, pour le contourner. »

« Oui, ce serait bien de mieux comprendre pourquoi il n’y avait aucun signe de gros morceau de carbone, parce que c’est évidemment dangereux s’il y a des objets volants, mais ça n’a pas aidé ma course. »

C’est cette perte d’appui qui explique aussi la faute de Valtteri Bottas, ayant permis à Max Verstappen de prendre l’avantage...

« Ce n’était pas vraiment constant, le niveau d’appui que j’avais dans la voiture. C’était vraiment délicat et je voyais bien que je n’avais pas tout à fait le rythme et que Max mettait beaucoup de pression et à la fin il a réussi, parce que je devais dépasser mes limites pour essayer de maintenir la position. J’ai bloqué les pneus et c’est tout. Ce n’était pas mon jour. Avec les débris dans la voiture, je n’ai pas eu la chance de me battre pour la victoire, malheureusement. »

Le Grand Prix de Valtteri Bottas n’a pas été non plus aidé par la stratégie : Lewis Hamilton a pu rester longtemps en piste, alors que le Finlandais est rentré tôt aux stands pour couvrir Max Verstappen...

« Nous avons passé en revue les plans le matin de la course, ce qui se passe si l’un d’entre nous est sous pression et qu’il y a une possibilité que Red Bull fasse l’undercut, et c’était pour moi cette fois, donc évidemment je devais réagir et il en aurait été de même si j’avais été dans la position de Lewis, à savoir que la seule chose que je voulais faire est d’aller loin et de chercher les opportunités ; et cela a vraiment payé pour Lewis. Si nous avions été dans l’autre cas de figure, cela aurait été la même chose pour moi. »

« C’est tout à fait juste. De toute évidence, Lewis avait l’avantage du rythme. »

Alors que Mercedes a verrouillé son 7e titre d’affilée, Valtteri Bottas a enfin eu un mot pour les siens…

« Oui, pour moi, c’est fou de penser que je fais partie de l’équipe depuis quatre années consécutives pour participer à la victoire au championnat des constructeurs. C’est assez irréel. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less