Formule 1

Binotto, un homme trop seul ? Berger critique le mode d’organisation de Ferrari

Et s’exprime sur la polémique de l’unité de puissance

Recherche

Par A. Combralier

10 juillet 2020 - 15:44
Binotto, un homme trop seul ? (...)

Ferrari a connu une véritable claque lors du dernier week-end, au Red Bull Ring : son moteur, de plus puissant du plateau, est devenu le moins redoutable.

Forcément, les polémiques autour de l’accord secret FIA / Ferrari ont ressurgi : n’est-ce pas la preuve que sans contourner le règlement, Ferrari est bien incapable de produire un V6 compétitif ?

Interrogé dans le podcast F1 Nation, Gerhard Berger, l’ancien de la maison Rouge, a confirmé ses doutes…

« Nous savons tous qu’il y a eu un problème l’année dernière, lorsque la FIA a conclu un accord secret, et nous ne savons donc pas exactement ce qu’ils ont trouvé. »

« Mais il a été précisé que l’on avait trouvé quelque chose qui n’était pas de l’ordre du légal. Et donc je pense que le résultat [le dernier Grand Prix] peut être juste une conséquence de cela. »

« Quand vous regardez Ferrari, oui, ils ont été près d’une seconde plus lent que l’année dernière ; de plus, les autres équipes avec des moteurs Ferrari, ont été plus lentes que l’année dernière, alors que les autres équipes étaient autant ou plus rapides. »

Voilà qui relance les débats sur le leadership technique et politique de Mattia Binotto…

Lorsque Michael Schumacher triomphait avec Ferrari, les Italiens étaient quelque peu en retrait de leur équipe nationale : avec Jean Todt, Ross Brawn, Rory Byrne, les Italiens étaient au second plan. Et le directeur d’écurie n’était pas le principal exposé, car Ferrari était avant tout une équipe et un groupe.

Faut-il ainsi que Mattia Binotto s’entoure de non-Italiens et de fusibles autour de lui, alors que Ferrari traverse une passe si difficile ? Berger a bien un avis sur la question, en tant qu’ancien pilier de Maranello... Et cela ne fait pas de doute pour lui : l’organisation actuelle n’est pas la bonne !

« Quand on compare Ferrari avec un leader comme Binotto, sur le plan technique, sur le plan politique, sur le plan de la stratégie de course et ainsi de suite, chez Red Bull vous avez un Christian Horner, extrêmement compétitif, vous avez Adrian Newey, un génie dans son domaine, vous avez un Helmut Marko, un requin ayant toute l’expérience du sport automobile. »

« Si vous prenez Mercedes, c’est la même chose. Andy Cowell, Niki Lauda, Toto Wolff. Tout le monde en même temps, pour améliorer l’équipe. Politique, technique, et tout le reste. »

« Je me demande donc si l’organisation de Ferrari est assez solide. Ça a toujours été comme ça, même quand on retourne chez Ferrari sous la direction de Jean Todt. »

« OK, il était politiquement très intelligent. Il était au maximum tout le temps, il faisait tout ce qu’il y avait à faire. Il s’assurait que les Japonais s’occupaient des pneus, nous avions Bridgestone à l’époque, etc. Et vous aviez Ross Brawn. Un type fantastique et bien informé. »

« Et vous avez eu Rory Byrne, l’un des meilleurs ingénieurs qui ait jamais été en Formule 1. Et vous avez eu Michael Schumacher. »

« Donc vous voyez, c’est ce groupe qui a vraiment besoin d’évoluer en une équipe capable de disputer un championnat sur sa longueur. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less