Formule 1

Binotto pourrait être surchargé de travail, selon Berger

Le directeur de Ferrari en ferait-il trop ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 avril 2019 - 11:43
Binotto pourrait être surchargé de (...)

Gerhard Berger a passé plusieurs années à piloter pour Ferrari, et l’Autrichien s’inquiète de la gestion actuelle de l’équipe. Il se demande si Mattia Binotto, qui a initialement la casquette de directeur technique, et possède désormais celle de directeur sportif, est capable de porter l’équipe sur ses épaules.

"Le coup classique chez Ferrari, c’est que quelqu’un ait la responsabilité, et toute la responsabilité" analyse Berger, avant de comparer cela à la concurrence. "Chez Red Bull, vous avez ce génie d’Adrian Newey. Vous avez un très bon Christian Horner, et le requin Helmut Marko."

"Vous regardez chez Mercedes, Toto [Wolff], excellent. Vous avez un génie du côté moteur, Andy Cowell, et vous avez Niki [Lauda], qui malheureusement n’est pas là en ce moment. Chez Ferrari, on ne voit que Binotto. Je ne sais pas si c’est assez."

Sans vouloir sous-estimer Binotto, il explique que gérer une équipe de F1 prend une énergie qui pourrait causer des problèmes du côté technique : "Binotto est un très bon technicien. C’est important qu’il ne perde pas trop de temps avec les discussions politiques, ce qui le ferait manquer de temps pour le reste."

Selon Berger, c’est la force d’une équipe très solide qu’il manque à Ferrari, comme celle qui s’était soudée autour de Michael Schumacher, et qui était notamment composée de Jean Todt, Ross Brawn et Rory Byrne. Selon Berger, c’est ce qu’est parvenu à faire Schumacher mais que n’a pas réussi Sebastian Vettel jusqu’ici.

"Une de ses forces était de tirer le maximum des gens en les associant. Quand il est allé chez Ferrari, il a dit ’Ross, tu viens avec moi, Rory, tu viens avec moi’. Il était excellent pour cela, et c’est là qu’il a un avantage par rapport à Sebastian. Michael était fantastique pour ramener des gens dans l’équipe."

"Encore une fois, il y avait trois personnes. Il y avait Rory, le génie de l’époque, il y avait Ross, et il y avait Jean Todt, qui gérait l’aspect politique et les règlements. Je ne sais juste pas qui va prendre certains rôles au sein de Ferrari car si c’est tout à la charge de Binotto, ce sera un peu lourd."

Ferrari

expand_less