Formule 1

Binotto fait des révélations sur le moteur 2019 et la rupture avec Vettel

Une rupture tranquille ?

Recherche

Par Alexandre C.

30 octobre 2020 - 13:07
Binotto fait des révélations sur le (...)

Dans le paddock d’Imola, Mattia Binotto a été interrogé par la Sky Italia sur un sujet qui le rend bien sûr inquiet ou agacé à chaque fois qu’il est mentionné : la légalité de l’unité de puissance de l’an dernier. Alors que la Scuderia prépare un tout nouveau moteur pour la saison prochaine, les leçons du passé seront-elles tirées ?

Pour Mattia Binotto, c’est pourtant clair : Ferrari n’a rien fait d’illégal en 2019…

« La FIA ne nous a jamais vu faire quoi que ce soit d’illégal, sinon nous aurions été disqualifiés. Et aucun concurrent n’a protesté. S’il y avait eu une irrégularité flagrante, je me serais attendu à ce que chaque adversaire proteste. »

« Nous sommes restés dans la zone grise [pour l’unité de puissance] pendant toute la saison 2019, jusqu’à l’hiver, où une directive a été prise avec notre aide qui a empêché certaines choses d’être faites sur les unités de puissance. Cela a eu un impact sur tout le monde. Mais cela nous a fait plus de mal que d’autres comme on le voit actuellement. »

Un accord secret entre la FIA et Ferrari, très controversé, a mis fin à cette affaire, mais pas à la polémique... Mattia Binotto ne voit pas où est le problème.

« Continuer l’enquête, cela aurait entraîné un gaspillage d’énergie et des coûts de part et d’autre. L’accord était de dire : concentrons-nous sur l’avenir et aidons-nous mutuellement à comprendre les zones d’ombre. »

« L’accord secret est normal ! Aurions-nous dû montrer à tout le monde notre moteur et nos secrets ? Je pense que personne n’a jamais fait cela en F1 et que personne ne le fera jamais à l’avenir. »

Un autre moment difficile qu’a eu à affronter Mattia Binotto l’an dernier fut l’annonce, à Sebastian Vettel, de sa non-prolongation en 2021... Mattia Binotto en a dit plus sur ce moment douloureux pour les deux hommes, mais qui s’est finalement bien passé.

« J’étais à la maison, et avant de l’appeler, j’ai répété mentalement trois fois à l’avance ce que je devais lui dire et comment. »

« Ce choix n’a pas été facile, car nous l’aimons pour ce qu’il a été, pour la façon dont il s’est comporté et pour ce qu’il a donné à l’équipe au fil des ans. Mais il arrive un moment où il faut avoir la clarté nécessaire pour faire des choix en regardant vers l’avenir. Nous sommes proches du début d’un nouveau cycle technique en 2022, et il y a une équipe qui se constitue dans tous les domaines. »

« Nous avons le devoir et l’ambition de nous tourner vers le moyen et le long terme, et c’est précisément dans cette optique qu’il faut trouver la force de faire certains choix. »

« Est-ce que Seb s’est mis en travers du chemin ? Non, il n’a pas raccroché le téléphone. C’est une personne très intelligente, une belle personne, et il est resté le même, du point de vue de sa personnalité et de son caractère, pendant une saison où les difficultés n’ont pas manqué. Il n’a jamais été négatif. Au contraire, il a été proactif et une personne très respectable. »

Ce sera donc avec Carlos Sainz et Charles Leclerc que Ferrari aura à affronter les saisons futures...

« Charles a l’enthousiasme des fans et aussi de l’équipe par sa façon de piloter en qualifications, par ses dépassements et par sa façon de défendre sur la piste. Enzo Ferrari aurait adoré. »

« En ce qui concerne le choix de Carlos, je le considère personnellement comme un leader, c’est un grand travailleur. Il en demande toujours plus à ses ingénieurs avec qui il reste souvent. Bien qu’il soit jeune, il a déjà de nombreuses années de Formule 1 derrière lui et son chemin a toujours été d’apprendre à obtenir des résultats. »

« Les pilotes aujourd’hui sont vraiment le dernier de nos problèmes. Charles grandit, et dans les difficultés, il n’a jamais été critique. Il veut aider à contribuer et à faire grandir l’équipe. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less