Formule 1

Binotto et Ferrari tombent de haut à Bahreïn

Ferrari pouvait espérer bien mieux aujourd’hui

Recherche

Par D. Thys

31 mars 2019 - 20:22
Binotto et Ferrari tombent de haut (...)

La Scuderia Ferrari était en mesure de placer ses deux voitures sur le podium cet après-midi, mais Vettel est parti à la faute en résistant au retour de Lewis Hamilton alors que Charles Leclerc a été trahi par sa mécanique à 10 tours du but lorsqu’il était en tête de la course avec une avance confortable.

Les deux Ferrari sont finalement à l’arrivée, mais loin des Mercedes. Seul Charles Leclerc a réussi à sauvegarder sa place sur le podium, mais malheureusement pour lui, c’est la petite marche qui lui était réservée alors qu’il visait la plus haute…

"Nous devons attendre le retour de la voiture de Leclerc dans notre stand afin que nous puissions examiner et analyser son groupe motopropulseur," commente Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia. "Il est trop tôt pour savoir ce qui est arrivé. Nous sommes passés à côté du doublé. Aujourd’hui, nous avions tout en main pour bien faire les choses."

La première alerte est venue de Sebastian Vettel. "C’est dommage cette erreur de Sebastian, mais ce sont des choses qui peuvent arriver lorsqu’on se bat. Nous allons voir avec lui ce qui est arrivé. J’étais justement en train de regarder les images car je ne les avais pas vues. Nous allons essayer de comprendre ce qui est arrivé, car jusque-là, tout se passait bien. Il était à la deuxième place lorsqu’il a commis cette erreur," poursuit-il.

"Charles avait envie de bien faire les choses aujourd’hui et c’est dommage pour lui. Nous avons manqué de fiabilité et c’est inacceptable. Nous allons travailler là-dessus. Charles a fait une course formidable et il est clair que c’est très décevant. D’un autre côté, nous sommes contents, car nous avons eu la confirmation aujourd’hui que nous avons choisi un excellent pilote. Nous avons maintenant deux excellents pilotes et j’espère que nous reviendrons plus forts lors de la prochaine course," conclut Mattia Binotto.

Ferrari

expand_less