Formule 1

Binotto cherche encore les raisons du calvaire de Leclerc et Vettel

Un premier relais catastrophique en tendres

Recherche

Par A. Combralier

3 novembre 2019 - 22:41
Binotto cherche encore les raisons (...)

Ferrari a vécu un dimanche comparable au dernier Grand Prix de Hongrie, à Austin. La monoplace rouge était hors de rythme, en particulier dans le premier relais.

Charles Leclerc, 4e, a fini à 52 secondes de Valtteri Bottas… Ce fut pire encore pour Sebastian Vettel, qui a connu une défaillance de suspension.

« Ce ne fut pas une pas une bonne course, par rapport aux précédentes » maugréait ainsi Mattia Binotto après l’arrivée.

« Pour Seb, c’était un problème à la suspension, dès le premier tour il s’était plaint de la voiture. Il faut regarder ça de plus près, ce n’est pas clair : quand et comment s’est-elle cassée ? Il va falloir comprendre. »

« Sur Charles, c’est très bizarre aussi, sur le premier relais, les tendres n’ont pas fonctionné pour une raison ou une autre. Sur les autres relais, en médiums ou en durs, il a bien tourné, il a même signé le meilleur temps. Donc quelque chose n’a pas fonctionné sur ces tendres, il faudra qu’on regarde. »

« C’est un résultat vraiment décevant. »

Ferrari est-elle maintenant pleinement concentrée sur 2020 ?

« Cela fait déjà longtemps qu’on est concentrés sur la voiture de l’an prochain. Cette expérience va nous être utile. Aujourd’hui, c’est un jour surtout négatif. Il y a plein de choses à comprendre, c’est difficile à juger. »

Mattia Binotto a enfin eu un mot de félicitations pour le sextuple champion du monde, Lewis Hamilton.

« Bravo. Il a fait un super championnat, il a une bonne voiture, on ne peut que le prendre comme exemple pour essayer de faire mieux. »

Charles Leclerc a donc vécu un véritable calvaire, en particulier en début de course, comme il l’a confirmé à l’arrivée.

« Le premier relais… nous n’étions nulle part, je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec les pneus. Dès le début, je ne les sentais pas bien. »

« Avec le deuxième train en durs, ce n’était pas facile du tout, aucun grip. Sur les tendres à la fin, ce n’était pas trop mal. Après le problème de Seb, je ne devais pas prendre de vibreurs sur pas mal de virages et ça n’a pas aidé. »

Le pilote Ferrari aussi a félicité publiquement Lewis Hamilton pour son 6e titre.

« Il le mérite amplement, je le dis à chaque fois : il le mérite. Il a fait une saison extraordinaire, c’est le meilleur qui a gagné cette année. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less