Bilan de la saison F1 2022 - McLaren F1

Une régression dans la hiérarchie malgré un grand Norris

Recherche

Par Paul Gombeaud

29 décembre 2022 - 19:00
Bilan de la saison F1 2022 - McLaren

Comme chaque année, Nextgen-Auto fait le bilan de la saison écoulée pour chaque pilote et chaque équipe de F1. Et alors que nous avons déjà traité d’une bonne partie des 20 titulaires, à qui chaque membre de la rédaction a d’ailleurs attribué une note sur 20, il est désormais temps d’évoquer les 10 écuries. Là encore, ces bilans seront publiés aléatoirement.

Troisième du championnat des constructeurs en 2020 puis quatrième l’année suivante avec une victoire décrochée, McLaren F1 entendait profiter de la nouvelle règlementation aérodynamique pour continuer sa progression vers les sommets et se mêler à la lutte avec les top team. Malheureusement, la MCL36 a été trop moyenne pour assouvir de telles ambitions et les limites structurelles de l’équipe de Woking ont souvent été visibles.

Au moins, McLaren a pu compter sur un très grand Lando Norris en 2022. Bien que frustré du manque de résultats, le jeune Britannique a prouvé qu’il faisait désormais partie des tous meilleurs pilotes de la discipline. En revanche, de l’autre côté du garage, Daniel Ricciardo a totalement perdu pied et sans doute coûté un meilleur classement à son écurie en fin d’année.

La saison de McLaren en détail

Après avoir rencontré des problèmes de refroidissement sur les freins de la MCL36 lors des essais de présaison à Bahreïn, McLaren débute très mal lors du Grand Prix d’ouverture disputé sur le même circuit. Ricciardo sort dès la Q1 et Norris ne passe pas la Q2, tandis que les points sont tout simplement inatteignables en course. Heureusement, une solution est rapidement trouvée et Norris termine dans le top 10 lors de l’épreuve suivante à Djeddah. Le Britannique récidive à Melbourne juste devant son coéquipier, pour un joli tir groupé des voitures orange papaye dans le top 6.

A Imola, Norris réalise un exploit en terminant sur la troisième marche du podium derrière les Red Bull. Cette performance est d’autant plus remarquable que durant le reste de l’année, tous les top 3 seront verrouillés par les trois équipes de pointe. McLaren en profite au passage pour s’emparer de la quatrième place du championnat des constructeurs avec une petite avance sur le reste du peloton, mais on assiste davantage à une régression en piste qu’à des progrès en comparaison des saisons précédentes. De plus, Alpine F1 va enfin commencer à enchainer les bons résultats de son côté malgré un manque de fiabilité coûteux.

Norris continue de briller et d’enchainer les places d’honneur dans le top 10 jusqu’à la trêve estivale, ce qui permet à son équipe de continuer à croire au top 4 du championnat. A l’inverse, Ricciardo ne parvient que trop rarement à marquer des points et se fait copieusement dominer par son coéquipier. D’ailleurs, on apprend durant l’été que son contrat, qui courait initialement jusqu’à fin 2023, est rompu avec un an d’avance. On se doutait alors que son remplaçant serait Oscar Piatsri, ce dernier ayant démenti qu’il piloterait pour Alpine la saison suivante, et cela se confirmait après une saga ayant duré des semaines et la confirmation très attendue du Contrat Recognition Board.

Norris ne pouvait pas tout faire

Alors qu’Alpine a dépassé sa rivale au championnat juste avant la pause estivale, les problèmes de fiabilité de l’équipe française, désormais bien plus performante en piste, permettent à McLaren de rester au contact. Norris continue de porter son écurie à bouts de bras et termine au pied du podium à Singapour, juste devant Ricciardo qui, avec pas mal de réussite, décroche son meilleur résultat de la saison. Dans le même temps, Alpine enregistre un double abandon et repasse derrière au classement.

Malheureusement pour l’équipe de Woking, un Grand Prix du Japon difficile la voit rebasculer en cinquième position avec 13 points de retard. Norris est une nouvelle fois brillant à Austin, au Mexique puis à Abou Dhabi pour ramener quelques précieux points, mais Ricciardo n’en ramène lui pas suffisamment malgré un joli sursaut d’orgueil à Mexico City.

McLaren termine donc finalement cinquième du championnat avec 159 points marqués, dont 122 pour le seul Norris qui pouvait difficilement en faire plus. Avec 37 unités au compteur, Ricciardo peut logiquement être pointé du doigt pour son manque de contribution. Bien sûr, Alpine se serait probablement envolée au classement si elle n’avait pas enregistré autant d’abandons mécaniques, mais nul doute qu’avec un duo de pilotes bien plus homogène, l’équipe de Woking aurait pu décrocher un top 4.

Un avenir à court terme pas forcément prometteur

Si 2022 a donc été un pas en arrière pour McLaren F1, l’équipe n’a cessé de clamer qu’elle devrait commencer à pouvoir viser mieux à partir de 2024 lorsque ses nouvelles infrastructures, qui comprennent la très attendue nouvelle soufflerie, seront prêtes à être exploitées. Dès lors, on peut se demander si 2023 ne pourrait pas ressembler à une année de transition.

D’autant plus qu’Andreas Seidl a décidé de rejoindre Sauber en tant que PDG, où il sera en charge de préparer l’arrivée d’Audi en 2026. McLaren a déjà trouvé son remplaçant en interne avec la nomination d’Andrea Stella en tant que directeur d’équipe, mais il pourrait être difficile d’effectuer de grands progrès à court terme malgré la détermination évidente qui est affichée. Espérons que Lando Norris, sous contrat jusqu’à fin 2025, ne commence pas à trouver le temps trop long du côté de Woking alors qu’il avouait avoir discuté avec d’autres équipes avant de prolonger, notamment Red Bull.

Statistiques

5e du championnat avec 159 points
 0 victoire
 0 pole position
 1 podium
 2 meilleurs tours

Comparatif entre les pilotes

Course : 14/4 en faveur de Lando Norris (quand les deux ont terminé)
Qualifications : 20/2 en faveur de Lando Norris

McLaren F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos