Ben Sulayem justifie le besoin pour la FIA d’avoir un budget plus solide

De la négligence sous l’ère Todt selon lui

Recherche

Par Olivier Ferret

8 juin 2022 - 16:49
Ben Sulayem justifie le besoin pour (...)

Il a été rapporté à plusieurs reprises par les médias en F1 que la FIA cherche à tirer plus de revenus du sport et ce serait aussi une des raisons pour laquelle le nouveau président, Mohammed Ben Sulayem, a pour l’instant bloqué l’extension pour 2023 de 3 à 6 courses sprint dans le calendrier.

Selon lui, ces week-ends et la F1 en général, coûte de plus en plus chers à organiser. Et Ben Sulayem révèle dans un entretien avec Agnès Carlier que la FIA n’a pas été dans un état financier très sain par son prédécesseur, Jean Todt, pour envisager cette expansion de manière sereine.

"J’ai demandé l’avis d’un cabinet mondial de conseil en management, McKenzie & Company. Le côté financier est faible. Je n’ai vu personne mal utiliser le budget. C’était de la négligence. Nous avons 23 millions d’euros pour notre opération. Je suis convaincu qu’avec la bonne équipe, la bonne approche, le bon plan et une bonne Fédération, nous atteindrons le seuil de rentabilité en moins de deux ans."

"Delloite et McKenzie travaillent sur les audits pour analyser et nous donner leur avis. Mais les défis ne s’arrêteront jamais. Au cours des six premiers mois jusqu’à présent, je dirais que cela a été difficile."

"Nos recherches ont montré que la FIA est ’vieille’. Bien sûr, c’est le cas avec 117 ans d’existence. Mais vieille en termes de pensée. On ne peut pas l’être dans un sport dynamique. Regardez toute cette technologie, vous devez la suivre et vous mettre à niveau tout le temps."

Ben Sulayem promet de "ne pas fuir devant les responsabilités, parce que les problèmes ne disparaissent pas, ils ne peuvent qu’empirer si vous ne les traitez pas."

"Plus de 2’000 heures ont été investies à l’écoute des membres de la FIA du monde entier. Et quand vous parlez à certains membres, vous vous rendez compte qu’ils ne veulent rien. Ils veulent juste être écoutés. Certains d’entre eux en veulent plus, et vous devez être une personne qui ne dit pas toujours oui ou toujours non. Vous devez les écouter et ensuite faire de votre mieux pour eux. Maintenant, on peut dire que la FIA est une fédération diversifiée."

"Nous nous en tiendrons au manifeste que nous avons promis parce que je crois que c’était un manifeste réaliste. Ce n’était pas quelque chose de bien juste pour attirer les gens et dire ensuite que c’est irréalisable. C’était un manifeste réalisable."

Où voit-il la FIA à la fin de son (premier ?) mandat de 5 ans ?

"Je vois un sport plus sain et dynamique. Maintenant, les défis sont différents, nous devons donc faire de bons changements. Je veux que ça se produise parce qu’il y a certaines choses dont je ne suis pas satisfait actuellement."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos