Formule 1

Bakou sera ‘difficile’ pour Haas, sauf si…

… Steiner trouve comment faire fonctionner les pneus en course !

Recherche

Par A. Combralier

20 avril 2019 - 14:49
Bakou sera ‘difficile' pour Haas, (...)

Le rythme de course de Haas, à Bahreïn comme à Shanghai, a de quoi donner des maux de tête, voire des sueurs froides, à Günther Steiner : alors que la monoplace américaine est très rapide en qualifications, elle perd tout son rythme le dimanche, et ne peut viser les points à la régulière.

Romain Grosjean estime que c’est le fonctionnement des Pirelli qui nuit tant à Haas le dimanche…

Pour expliquer ces variations immenses de performance du samedi au dimanche, son directeur d’écurie a-t-il lui aussi une vraie piste d’explication ? Il vaut mieux, alors que le Grand Prix d’Azerbaïdjan se rapproche…

« Vous devez toujours exécuter parfaitement votre plan d’action pour arriver en Q3. Avoir une bonne voiture aide bien sûr beaucoup. Ensuite, il faut juste laisser les pilotes y arriver. Nos ingénieurs de course ont fait du bon travail jusqu’à présent. »

« Mais s’agissant du rythme de course, oui, nous en avons beaucoup appris lors des deux jours d’essais privés, après le Grand Prix de Bahreïn. Nous avons compris. Nous n’avons juste pas pu trouver des solutions à temps pour le Grand Prix de Chine. Parce qu’il faut développer ces solutions et produire de nouvelles pièces. J’espère que nous arriverons à nous défaire de ce problème, et à être aussi compétitifs en course qu’en qualifications. »

Günther Steiner regrette-t-il que les nouveaux Pirelli aient une fenêtre de fonctionnement encore plus étroite que l’an dernier ?

« Je ne pourrais dire que c’est plus difficile que l’an dernier, parce que la voiture est différente, nous avons développé une voiture totalement nouvelle. Nous savons juste que nous ne pouvons faire fonctionner les pneus en course. A quel point la fenêtre est-elle grande ? Comment rester dans la bonne fenêtre ? C’est difficile à définir. Nous ne sommes définitivement pas dans la bonne fenêtre, donc je ne dirais pas que je sais ce qu’il faut faire pour y parvenir. »

Pour Bakou, Günther Steiner n’est pas des plus optimistes : faire fonctionner les pneus s’annonce peut-être encore plus périlleux sur ce circuit…

« Bakou sera un autre événement difficile pour nous, en raison de la longue ligne droite et des virages à faible vitesse, ne demandant que peu d’énergie. J’espère que certaines de nos solutions fonctionneront – nous y travaillons depuis les essais de Bahreïn – afin de faire fonctionner les pneus dans la bonne fenêtre. Autrement, Bakou pourrait être un circuit difficile pour nous. »

« Mais vous vous attendez toujours à de l’imprévu là-bas. Il faut juste être chanceux à un moment donné, parce que jusqu’à présent, nous n’avons pas eu beaucoup de chance. J’espère que si quelque chose arrive, nous serons en bonne position pour en profiter. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less