Formule 1

Avoir trop de muscles peut pénaliser Hamilton au volant

Le Britannique détaille sa préparation physique

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 juin 2020 - 12:04
Avoir trop de muscles peut pénaliser (...)

Les pilotes de F1 modernes sont souvent critiqués pour les efforts réduits qu’ils subissent au volant par rapport à ceux des générations précédentes, mais ces critiques oublient souvent de prendre en compte les efforts faits sur l’entraînement de ces athlètes, qui sont bien plus affûtés qu’ils ne l’étaient par le passé.

Lewis Hamilton explique quel type d’entraînement il s’impose, le sextuple champion du monde détaille les risques en termes de performance dans le cas où il zèle sa préparation.

"J’aime soulever des poids, mais je dois m’assurer de ne pas trop en faire. Les pilotes de F1 ne peuvent pas être trop lourds, et davantage de muscles signifie davantage de kilos" rappelle Hamilton auprès de Men’s Health. "Il est désavantageux de gagner trop de muscle sur les épaules et les bras car on a un centre de gravité très bas dans la voiture."

"Il est important d’avoir un bon système cardiovasculaire. Lors d’une course de deux heures, vous avez un rythme cardiaque moyen autour de 160 à 170 battements par minute. Durant les qualifications, ça monte jusqu’à 190 battements par minute. C’est pour cela que je cours beaucoup, le sprint fait partie de l’entraînement."

Mais comme tout sportif, il a perfectionné ses techniques d’entraînement : "Quand j’étais jeune, j’avais beaucoup d’énergie, et l’impression que je pouvais absolument tout faire. Je n’avais pas de stratégie, j’allais dans la voiture et je roulais pour gagner."

"Mais au fil des années, j’ai gagné de l’expérience avec un nombre de disciplines différentes, comme la boxe et du muay thaï (boxe thaïlandaise, ndlr). Récemment, je fais beaucoup de pilates, je me concentre sur le centre, les muscles sous les muscles."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less