Avec les F1 2022 et le DRS, est-il trop facile de dépasser à Imola ?

Ricciardo regrette des dépassements en ligne droite

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 avril 2022 - 10:40
Avec les F1 2022 et le DRS, est-il (...)

Les pilotes de F1 apprécient la capacité des nouvelles monoplaces à se suivre dans les virages. En effet, ils n’ont aucun problème à rester à une demi-seconde des voitures qui les précèdent, et peuvent ainsi préparer une attaque en toutes circonstances.

Mais cette aisance se traduit aussi par une efficacité énorme du DRS en ligne droite, puisque l’on a vu des pilotes terminer leur manœuvre plus de 300 mètres avant le virage. La F1 va devoir trouver la limite entre des dépassements facilités et des dépassements trop faciles.

Daniel Ricciardo s’est élancé sixième, a perdu des positions, mais a réussi à revenir à la même position. Il regrette des dépassements majoritairement effectués avec l’aide du DRS : "Il y a surement eu plus de dépassements que ce que je pensais. C’est normalement difficile sur ce circuit."

"Je ne peux pas dire que je n’aime pas ça. Évidemment, quand la voiture rend les choses très faciles, c’est plus agréable quand ça se passe dans une zone de freinage. Mais au moins il y a eu quelques dépassements."

"Je pense que naturellement, les voitures les plus rapides ont fini par passer. Que ce soit avec le DRS ou pas, je pense toujours que nous sommes assez rapides pour trouver un moyen, d’une manière ou d’une autre."

"Donc je pense que globalement, je suis content de la course. Avoir un peu plus de dépassements et de luttes roues contre roues, et être capable de se suivre est typiquement un peu mieux, donc je suis content de ce qui se passe."

Carlos Sainz a tout de même tenu à saluer de nouveau les progrès réalisés en la matière par la Formule 1 avec les voitures qui répondent au tout nouveau règlement technique de la FIA.

"Je dois dire que ces voitures font une énorme différence pour rendre les dépassements possibles" note Sainz, qui a jugé les manœuvres en piste "plutôt faciles. Donc c’est une nouvelle raison de saluer la Formule 1 pour les changements effectués avec ces voitures."

Sergio Pérez, qui a terminé juste devant Sainz, partage son avis et a trouvé qu’il était "plus facile de se suivre. Avec l’ancienne génération de voitures, on ne pouvait pas se suivre, et atteindre la dégradation du pneu et l’écart pour attaquer prenait trop de temps, donc rien ne se passait."

F1 - FOM - Liberty Media

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos