Formule 1

Avec 23 courses, la logistique de la F1 est ’extrême’ mais ’pas trop risquée’

"Nous savons ce qui est trop ambitieux"

Recherche

Par Olivier Ferret

10 janvier 2022 - 08:22
Avec 23 courses, la logistique de (...)

Le directeur sportif de la F1, Steve Nielsen, a nié que le sport joue avec le feu avec son calendrier en constante expansion.

Un record de 22 courses figurait au programme de l’année dernière avec à nouveau des triplés de courses très durs pour le personnel de la F1.

Cette année, ce nombre augmentera encore avec 23 événements prévus malgré la menace persistante d’annulations / reports / changements de la pandémie de Covid-19.

Le plus difficile des triplés de l’année dernière a vu des courses consécutives au Mexique, au Brésil et au Qatar, le Brésil étant perturbé par des problèmes logistiques car le fret est arrivé en retard à Interlagos.

Cet exemple ne fait-il pas croire à Nielsen que le sport a joué avec le feu ?

"Je pense que la Formule 1 est extrême," répond-il.

"Je ne pense pas que la Formule 1 ait jamais prétendu être un monde de douceur de quelque façon que ce soit. La logistique est une autre partie de la Formule 1 qui est extrême. Elle est à la limite."

"Mais nous n’entrons pas là-dedans les yeux fermés, nous savons ce qui est possible, et nous savons ce qui est trop ambitieux, et nous ne réalisons pas toutes les idées que nous proposons."

"Parfois, nous excluons des choses quand nous savons que c’est trop risqué, que nous ne pourrons pas le faire."

"Donc, les choses que nous planifions et exécutons avec notre partenaire logistique, DHL, sont ce que nous pensons être réalisables de manière réaliste afin de respecter le calendrier. Nous ne prenons donc pas de risques qui, selon nous, ne valent pas la peine d’être pris."

F1 - FOM - Liberty Media

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less