Avant le couperet 2022, aucune ‘nervosité’ chez Alpine F1 pour Rossi

Il y a beaucoup à gagner pour l’équipe

Recherche

Par Alexandre C.

12 janvier 2022 - 11:06
Avant le couperet 2022, aucune (...)

Le « plan » d’Alpine, chacun le connaît : il s’agit de faire un vrai bond en termes de performance pure à la faveur du nouveau règlement et, enfin, d’aller chercher des podiums à la régulière.

A mesure que le Grand Prix de Bahreïn se rapproche, la pression s’accroit à Enstone et Viry.

Pour autant aujourd’hui, le PDG d’Alpine, Laurent Rossi, assure voir moins de nervosité que de confiance dans le travail aujourd’hui abattu en coulisses, et qui pourrait placer Alpine sur de bons rails.

« Il n’y a vraiment pas beaucoup de nervosité, car nous avons beaucoup à gagner. »

« Il y a beaucoup d’avantages [avec ce nouveau règlement] pour nous. Bien sûr, nous pouvons faire pire en 2022 qu’en 2021, mais j’en doute. »

Alpine, outre le nouveau règlement aérodynamique, compte aussi beaucoup sur son V6 flambant neuf. L’unité de puissance 2021 a été totalement abandonnée pour que le travail porte sur la saison 2022, et là encore, les attentes sont grandes...

Rossi précise le travail effectué en coulisses, et se veut optimiste.

« Nous avons un bon développement, différent du côté du moteur, ce qui était nécessaire, un bon développement du côté de la voiture, la feuille de route que nous nous sommes fixée pour le début de l’année, nous la respectons. Et cela nous rapproche - peut-être pas au niveau des meilleures équipes, mais nous ne savons pas. »

« Parce que nous partons du principe que si nous gagnons autant de points en aérodynamique, autant de points en kilowatts et en déploiement d’énergie électrique, nous réduirons l’écart entre nous et les meilleurs, en supposant que les meilleurs continuent à progresser. »

Rossi a également un autre motif d’espoir dans la besace : l’opérationnel et les progrès d’Alpine en la matière. Car sans évolution de toute l’année ou presque, Alpine a tout de même réussi à progresser en performance, notamment en deuxième moitié de saison, en tirant plus de profit des réglages de la voiture.

Le podium de Fernando Alonso au Qatar, et bien sûr la victoire d’Ocon au Hungaroring, en sont quelques exemples, mais il y a plus encore à retenir pour Rossi que les coups d’éclat.

« Je dirais, et ça surprend tout le monde, que le Qatar et la Hongrie, qui étaient des résultats solides, ou même la 4e place d’Esteban à Djeddah, ne sont pas si importants. Moins que la progression graduelle, l’apprentissage constant, l’amélioration constante de l’équipe qui est de bon augure pour l’avenir et pour la marque. La victoire est formidable, ne vous méprenez pas. Mais elle a évidemment été obtenue dans des circonstances particulières. Nous sommes allés la chercher pendant 65 tours, donc elle était méritée. »

« Mais dans des circonstances de course normales, comme ces dernières courses, obtenir de tels résultats… cela me rend assez confiant et fier de l’équipe. Donc c’était important, autant que la victoire. »

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos