Formule 1

Aux anges après son podium, Norris assume un rôle de leader chez McLaren F1

Il réagit après son superbe podium

Recherche

Par Alexandre C.

19 avril 2021 - 08:03
Aux anges après son podium, Norris (...)

On avait quitté un Lando Norris très déçu après les qualifications de samedi : 7e, le Britannique aurait pu être bien mieux placé sans un chrono effacé pour non-respect des limites de la piste.

Mais dimanche soir, le pilote McLaren, 3e de l’épreuve, était tout sourire ! S’il n’avait qu’un seul regret, c’était de ne pas avoir pu tenir la 2e place jusqu’au bout. Cependant face à une Mercedes, celle de Lewis Hamilton, et avec des tendres qui avaient 33 tours, c’était quasiment mission impossible.

En conférence de presse, Lando Norris était comme à son habitude : content d’être là, en F1 et encore plus sur le podium !

« Oh, j’ai adoré ça ! Honnêtement, c’est comme ça que ma carrière a commencé quand j’étais plus jeune. Quand j’étais enfant, nous avions un vieux kart à pédales qui ne marchait pas très bien, alors je commençais toujours à l’arrière. Ça m’a ramené à mes racines. C’est un circuit très difficile pour doubler, mais je pense que mon écart sur la bordure du virage 2 a changé l’équilibre de la voiture, d’une certaine manière, et ça a bien fonctionné pour les conditions sèches que nous avions. »

« Dans l’ensemble, je suis très content de moi, mais aussi de l’équipe. A part la Q3, c’était un week-end assez parfait, je veux dire. Nous avons beaucoup amélioré la voiture au cours des deux premiers jours, du vendredi au samedi, au fil des séances, etc. Nous ne sommes pas partis du meilleur pied mais nous avons beaucoup progressé. »

« J’ai l’impression d’avoir fait du très bon travail en qualifications, c’était la première fois que je n’ai eu à faire qu’un relais en Q1 et Q2. Donc j’ai fait assez de tours pour économiser les pneus, me donner une bonne opportunité en Q3 et être assez proche de la pole position et ensuite presque P3. Puis je suis descendu P7. Donc c’était presque parfait de mon côté et de celui de l’équipe, nous avons fait un très bon travail. »

« J’étais déçu donc… après les qualifications. Mais revenir à la troisième place après une course assez mouvementée pour moi et je suis sûr pour les autres aussi, c’était une récompense pour moi, mais surtout pour l’équipe. »

Les tendres étaient au bord de la rupture pour le pilote McLaren à la fin de la course ; mais sans ces pneus, Lando Norris aurait-il pu passer Charles Leclerc au restart ? Sans doute pas.

« C’était difficile. Nous avons pris la décision de continuer sur les pneus tendres. Je n’étais pas aussi confiant pour faire fonctionner les pneus et ce n’est pas une piste facile pour doubler. Lewis pourrait dire le contraire. »

« Mais c’était, je pense, la bonne décision. Mis à part le petit moment chaud de Max… je pensais que Charles [Leclerc] allait passer devant Max au redémarrage car il était hors piste. Il n’en a pas profité mais il a eu beaucoup de patinage au redémarrage quand Max est sorti et c’est la faute des mediums et de leur décision. »

« Nous avons donc pris la décision de partir avec les tendres. J’ai eu un bon restart. J’ai commencé à économiser les pneus dès le premier tour du restart, sachant que les deux derniers tours allaient être assez difficiles. Et ils l’ont été, surtout avec Lewis à la fin. »

« On se concentre beaucoup sur les deux derniers virages, sur le bon déploiement, sur l’utilisation de la batterie de la bonne manière. Donc j’essayais d’économiser autant que possible. Mais à la fin, je n’avais pas assez de pneu arrière dans les deux derniers virages et la chicane pour le tenir derrière. Mais j’ai essayé. »

Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1, a complimenté Lando Norris après-coup, en rappelant qu’il avait franchi un autre palier avec l’équipe.

Et Lando Norris, interrogé sur ces propos, assume ce nouveau rôle.

« Je veux dire que j’ai un rôle un peu plus important, je dirige et guide l’équipe dans différents domaines et je prends plus de décisions de mon propre point de vue, je ne suis pas toujours d’accord avec l’équipe. »

« C’est un peu différent avec l’arrivée de Danny dans l’équipe, j’ai l’impression que je dois avoir un plus grand impact, diriger l’équipe un peu plus, contrairement à avant [avec Carlos Sainz] quand nous avions tous les deux passé deux ans chez McLaren. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less