Formule 1

Audi et Porsche seraient sur le point de s’engager en F1

Pour 2025 ou 2026 grâce à la suppression du MGU-H

Recherche

Par Emmanuel Touzot

29 septembre 2021 - 09:44
Audi et Porsche seraient sur le (...)

Les accords autour du moteur en Formule 1 sont en bonne voie pour permettre à Volkswagen de s’engager en Formule 1. Selon Auto Motor und Sport et son journaliste Michael Schmidt, les dernières réunions auraient été productives.

Les motoristes existants se sont réunis à plusieurs reprises avec la FIA, Liberty Media, Red Bull - qui deviendra normalement motoriste lors de la prochaine réglementation - et deux nouveaux motoristes potentiels, Audi et Porsche.

Le groupe Volkswagen voudrait en effet venir en F1 par le biais de ces deux marques, et il semble qu’un accord puisse être trouvé pour 2025 ou 2026. Les motoristes existants auraient accepté d’abandonner définitivement le MGU-H, la technologie la plus complexe et la plus coûteuse de ces V6 turbo hybrides.

C’était la condition sine qua non pour un engagement d’Audi et Porsche en F1, et cette concession leur aurait été accordée. Une autre réunion aura lieu lors du week-end de la Turquie pour entériner ces règles, et donc la possible arrivée de deux nouveaux motoristes.

Selon Schmidt, grâce à cette décision, il est même "certain" que les deux constructeurs viendront en F1. Il est probable qu’il s’agisse alors du même moteur qui pourrait être badgé différemment.

Dans le cas d’un partenariat avec Red Bull Powertrains, par exemple, on pourrait largement envisager une équipe Red Bull Porsche d’un côté, et une équipe AlphaTauri Audi de l’autre.

Toujours un V6 hybride mais plus de puissance électrique

Aucun changement n’est envisagé dans l’architecture du moteur, le V6 turbo restant la piste privilégiée pour continuer cette ère de l’hybride en Formule 1. Porsche voulait des F1 à quatre roues motrices, mais elles pourraient en revanche rester à propulsion, c’est-à-dire avec les seules roues arrière motrices.

En revanche, pour compenser l’absence du MGU-H et la puissance qu’il peut générer en plus, le moteur électrique pourrait développer davantage de puissance seul, pour conserver un niveau de performance similaire.

On parle ainsi d’un moteur électrique de 350 kW, soit 469 chevaux. Cela se cumulerait possiblement avec des changements au niveau de la batterie, mais aussi de l’exploitation du moteur.

Cette puissance pourrait alors servir à utiliser davantage le moteur électrique dans des situations spécifiques, plutôt qu’à augmenter de manière déraisonnable la puissance du bloc complet.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less