Formule 1

Arrêt raté de Magnussen, espoir de rattraper Alfa : Steiner revient sur la Turquie

Un Grand Prix finalement plus prometteur que frustrant ?

Recherche

Par Alexandre C.

21 novembre 2020 - 15:01
Arrêt raté de Magnussen, espoir de (...)

Kevin Magnussen a un temps évolué dans le top 10 ou 11 du dernier Grand Prix de Turquie, avant de rentrer pour la deuxième fois aux stands. Le Danois réalisait ainsi une course correcte, mais l’arrêt en question a tout gâché : comme à Melbourne, les mécaniciens de l’équipe ont mal serré une roue. La Haas a alors été poussée en arrière et Kevin Magnussen est reparti avec un retard considérable sur la concurrence.

Un nouvel incident de ce type chez Haas ! Günther Steiner, avec le recul, tentait d’expliquer tout d’abord les raisons expliquant ces déboires.

« Nous avons juste dit que nous devions couvrir Russell parce qu’il semblait que nous aurions été en passe de récolter un point. Donc on a couvert Russell et puis l’arrêt au stand a mal tourné. »

« Le gars est allé chercher un autre pistolet parce qu’il ne pouvait pas enlever le pneu avec le premier, et gars de la sucette a pensé que c’était OK. Il n’a pas donné le feu vert, mais parce que l’autre gars est parti chercher l’autre pistolet, [le cric] a laissé tomber la voiture et évidemment Kevin s’est élancé. »

« Donc c’était un malentendu car le gars n’a pas donné le feu vert mais il a laissé tomber la voiture et une fois que la voiture est en bas, le pilote s’en va. »

Mais pour Günther Steiner, il ne faut pas nourrir trop de regrets : la voiture de Kevin Magnussen n’avait pas le potentiel pour finir dans les points, devant Daniel Ricciardo (10e de l’épreuve).

« J’ai regardé les données, je pense que le mieux que nous aurions pu obtenir serait la 11e ou 12 place. »

« Cela aurait été difficile car personne n’a vraiment abandonné parmi les meilleurs pilotes - les seuls abandons étaient à l’arrière. Je pense donc que cela aurait été difficile. Sans cette erreur, les chances auraient été plus grandes, nous le savons, mais je pense qu’il y aurait eu des difficultés. »

Avec tant de retard, Kevin Magnussen a ensuite eu à gérer des drapeaux bleus. Comme Nicolas Latifi, il avait des rétroviseurs totalement embués ce qui rendait dangereuse sa course. Il a notamment croisé la route de Charles Leclerc au virage 9 et est parti au large.

" Mec, c’est dangereux " a-t-il dit à son ingénieur.

" C’est dangereux avec ces drapeaux bleus. Je ne peux pas voir dans mes rétros."

" Je comprends tout à fait, je suis vraiment désolé de la situation " lui a répondu son ingénieur de course.

"Eh bien quelqu’un ici ne comprend pas " concluait Kevin Magnussen agacé.

Pourquoi avoir laissé en piste le pilote ? Parce que le rythme de Kevin Magnussen était rapide. Et parce que selon Günther Steiner, qui sait ce qui peut arriver dans ce genre de course...

« Dans une course comme celle-ci, on ne sait jamais : Si, à l’avant, il y a du grabuge dans un groupe de cinq ou six voitures, tout à coup, vous pouvez vous dédoubler. C’est une décision difficile parce qu’alors vous auriez vraiment l’air stupide si vous retirez une voiture. »

« Il était rapide - une fois que le groupe des leaders est passé, les trois voitures, il maîtrisait assez bien Stroll. Les chances d’avoir une opportunité étaient très faibles, mais vous ne pouvez pas abandonner comme ça. Nous avons compris qu’il luttait, mais nous savions aussi que pendant un certain temps, personne ne lui prendrait un tour. »

Mais finalement, l’abandon de Kevin Magnussen a été décidé en fin de course…

« C’est sûr, pour lui, c’est frustrant. Mais nous lui avons parlé par la suite et nous lui avons expliqué la situation. »

« Lorsque nous lui avons expliqué, il a dit "c’est difficile de rattraper deux tours". Oui, mais dans cette course, pensez simplement que si un accident se produit dans un groupe de six voitures, elles s’entre-détruisent, et tout d’un coup vous êtes dans une position différente. »

Cette course semble en tout cas donner de l’espoir à Günther Steiner pour le classement des constructeurs, où Haas n’est qu’à 5 points d’Alfa Romeo.

« Oui, tu te concentres toujours sur ça. Vous voulez toujours faire mieux que les gens devant vous pour les rattraper, et vous devez juste être là quand l’occasion se présente. »

« Kevin a été plus rapide que les Alfa Romeo dans la course, il aurait donc pu faire quelque chose comme ça et ça peut arriver à n’importe quel week-end de course. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less