Formule 1

Après le Nürburgring, Steiner propose sa réforme des week-ends de F1

Deux jours de roulage, ou trois pour des essais de pré-saison

Recherche

Par Alexandre C.

20 octobre 2020 - 11:54
Après le Nürburgring, Steiner propose (...)

A l’image des autres équipes de F1, Haas a vécu un week-end au Nürburgring particulier, comme une anticipation du week-end de deux jours d’Imola : car sur le circuit allemand, le roulage en essais libres le vendredi fut impossible ne raison de la pluie.

Faisant le point aujourd’hui sur cette expérience, Günther Steiner, le directeur d’écurie, y voit des côtés positifs et des côtés négatifs. Et comme Max Verstappen ou Lewis Hamilton, se dit en faveur de week-ends de Grands Prix raccourcis.

« Le plus grand défi était d’attendre le vendredi sans savoir quoi faire. C’était - je ne dirais pas un défi, mais c’était ennuyeux et le temps n’était pas bien investi. Je pense que nous nous sommes bien adaptés, et c’est plus comme au bon vieux temps des courses - il faut être beaucoup plus rapide pour réfléchir à ce qu’il faut faire et prendre des décisions plus audacieuses, en espérant ne pas se tromper. Vous n’avez pas beaucoup de temps pour examiner les données, vous devez vous mettre un peu à la place de votre pantalon. Je pense que nos gars ont fait du bon travail sur ce point. »

« A mon avis, un événement de deux jours fonctionne bien. Cela nous permet de faire plus de courses, ce qui signifie que plus de fans du monde entier pourraient avoir la chance de nous voir. Les inconvénients, je ne sais pas si ce sont des inconvénients - c’est à la Formule 1 de s’en occuper, c’est aux promoteurs, car un vendredi donne plus de possibilités de faire venir les fans. Financièrement, c’est une bonne journée pour eux. Je ne connais pas toutes ces choses car je n’y suis pas impliqué, mais du simple point de vue pratique, je n’ai rien contre les événements de deux jours. »

Et Günther Steiner de lancer une idée : pourquoi ne pas utiliser le vendredi pour des essais de pré-saison, pour économiser encore des frais de déplacement...

« Peut-être que pour certains événements, nous pourrions organiser un test le jeudi et le vendredi - nous pourrions faire quelque chose comme par rapport à des tests d’avant-saison et à la diffusion de ces derniers. Ce ne sont que des idées, je ne sais pas si elles ont un sens, mais nous devrions peut-être nous pencher sur la question. »

Haas reste sur un Grand Prix au Nürburgring encourageant : Kevin Magnussen a atteint la Q2, et surtout Romain Grosjean a fini à la 9e place. Haas peut-elle poursuivre sur cette lancée à Portimao, le nouveau rendez-vous du Portugal ce week-end ?

« Terminer 9e de la course, c’est le boost dont nous avons besoin en ce moment. Cela remonte le moral de tout le monde. Nous continuons à montrer ce que nous pouvons faire dans une année difficile avec une voiture qui n’est pas performante comme nous le voulons. Nous essayons toujours d’en tirer le meilleur parti possible. Cela arrive au bon moment, car il n’y a plus autant de courses. Sachant que nous pouvons y arriver, tout le monde fera un petit effort supplémentaire pour essayer de faire en sorte que cela se reproduise. C’est en fait un sentiment formidable de marquer à nouveau quelques points. Quand on en a tout le temps, on ne s’en rend plus compte. Étant donné que nous ne les avons eus que deux fois cette année, c’est un sacré accomplissement. »

Sur un circuit inconnu des F1, la VF-20 sera-t-elle aussi médiocre que d’habitude ? L’inconnu des données peut profiter à Haas ?

« Je pense que cette année, à l’exception des circuits à grande vitesse comme Monza et Spa, le reste des circuits sont très similaires. Tant que nous n’avons pas de longues lignes droites, la voiture est juste là où nous sommes - et ce n’est pas notre meilleure année. En général, j’aime bien le défi d’avoir une nouvelle piste et la possibilité d’apprendre de nouvelles choses. Il semble que dans ces circonstances, nous soyons plus performants. Avec plus d’inconnues, il y a plus de choses que nous apportons à la table qui peuvent nous aider. »

« Nous n’avons pas les ressources des grandes équipes et l’expérience d’avoir été sur les circuits pendant de nombreuses années. Chaque nouvelle piste de course comporte de nouveaux défis, et il semble qu’avec les nouveaux défis - nos gars réagissent assez rapidement. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less