Formule 1

Après la polémique, Brawn vient à la rescousse de Binotto

Qu’il a côtoyé par le passé chez Ferrari

Recherche

Par A. Combralier

17 avril 2019 - 08:23
Après la polémique, Brawn vient à la (...)

Les consignes d’équipe chez Ferrari sont de vigueur depuis le début de la saison : Mattia Binotto assume clairement de donner sa préférence à Sebastian Vettel sur Charles Leclerc, lorsque les circonstances l’exigent.

Ainsi, à Shanghai, au bout d’une dizaine de tours seulement, le Monégasque a été prié de laisser passer son coéquipier, censé être plus rapide… ce qui, dans les faits, put difficilement se constater.

La presse italienne n’a pas manqué de critiquer la gestion de l’équipe par Mattia Binotto : pourquoi favoriser autant Sebastian Vettel, si tôt dans la saison ?

Mattia Binotto a cependant trouvé un soutien de poids en la personne de Ross Brawn, l’ancien directeur de la Scuderia…

« Mattia se trouve dans la position de gérer ce qui est véritablement une situation nouvelle pour Ferrari, avec deux pilotes concourant à un très haut niveau » assure l’ancien directeur de Ferrari, pas très amène envers Kimi Räikkönen.

« Aujourd’hui, Mattia gère bien la situation. Il gère bien le jeune et talentueux Charles Leclerc, et gère bien aussi la ressource précieuse que constitue Sebastian Vettel, un quadruple champion du monde qui a prouvé, par le passé, qu’il était capable de gérer la pression. »

« C’est une année délicate pour Seb et le podium à Shanghai lui donnera un surcroît de confiance, alors que Charles a montré une maturité formidable en acceptant les décisions de l’équipe, qui ne sont pourtant pas faciles à digérer. »

Tandis que Ferrari est engluée dans des problèmes de stratégie et de gestion de course, Mercedes enchaîne : avec trois doublés en trois courses, l’écurie allemande a commencé une saison comme jamais dans son histoire.

Ferrari peut-elle détrôner Mercedes ? Pour Ross Brawn, il faudra que la Scuderia améliore notamment sa fiabilité pour y arriver.

« A Bahreïn, l’équipe avait la performance, mais pas la fiabilité. En Chine, la performance n’était pas au niveau requis pour battre Mercedes pour la pole, comme pour la victoire en Grand Prix. »

« Alors qu’elle était sortie de l’hiver avec la conviction qu’elle pourrait lutter à armes égales contre Mercedes, Ferrari se trouve finalement derrière Mercedes aux deux classements – et l’écart est déjà assez important. »

« Les trois premiers courses ont confirmé que si Ferrari veut défier Mercedes, tout devra parfait sur tous les plans : la performance, la fiabilité, le travail d’équipe. C’est ce que Mattia Binotto et ses gars doivent faire ; et connaissant Mattia, je suis sûr qu’il est conscient de tout cela, et qu’il consacrera toute son énergie pour faire en sorte que ce succès arrive. »

Ferrari

expand_less