Formule 1

Après analyses, Mercedes F1 est convaincue d’avoir fait ’le bon choix’

Même si l’équipe admet que le pneu de Hamilton aurait tenu

Recherche

Par Olivier Ferret

14 octobre 2021 - 09:04
Après analyses, Mercedes F1 est (...)

Le train de pneus intermédiaires de Formule 1 de Lewis Hamilton aurait pu durer jusqu’à la fin du Grand Prix de Turquie, mais la baisse de rythme l’aurait probablement conduit à chuter à la septième ou à la huitième place s’il avait tenté d’atteindre l’arrivée avec, selon le directeur technique en chef de Mercedes F1, James Allison.

Hamilton était frustré d’être appelé dans les stands pour un nouveau train d’intermédiaires à huit tours de la fin, passant de la troisième à la cinquième place derrière Sergio Perez et Charles Leclerc.

"Aurions-nous encore eu des pneus gonflés capables de faire le tour de la piste ? Oui, selon toute vraisemblance, nous aurions atteint la fin de la course avec un train de pneus capable de rouler sans difficulté, d’après nos analyses," révèle Allison.

"Esteban Ocon l’a fait par exemple et notre voiture fonctionne généralement mieux que la plupart de nos concurrents. Alors oui, nous serions arrivés au bout de la course."

"La question est de savoir à quelle vitesse aurions-nous été et les données sont assez claires, nous aurions été très lents. Le pneu usait sa gomme pendant toute la course et vers la fin, alors que la piste approchait du sec sans jamais y arriver tout à fait, cette usure s’accélérait."

"Les temps au tour de Lewis commençaient à se dégrader tour par tour et même s’il aurait atteint la fin de la course, le rythme aurait été vraiment assez misérable au moment où il y serait arrivé."

Mercedes a concédé après la course que la bonne stratégie aurait été de s’arrêter plus tôt - idéalement autour des tours 36/37 lorsque Valtteri Bottas, Max Verstappen et Perez se sont arrêtés, ou au tour 41 lorsque Hamilton a été initialement rappelé aux stands mais a choisi de rester en dehors.

Après avoir permis à Hamilton de continuer à rouler dans l’espoir que la piste sèche ou que les pneus tiennent suffisamment bien pour qu’il puisse conserver la troisième place, la baisse de rythme a clairement indiqué que Hamilton risquait de tomber à la huitième place, soit derrière l’Aston Martin de Lance Stroll s’il avait continué.

"Quand nous avons finalement appelé Lewis, c’est parce que le tableau des temps au tour que nous utilisons pour faire nos prédictions nous disait qu’il ne semblait pas bon de s’accrocher à la fin de la course, que le rythme de la voiture serait alors suffisamment lent, qu’il ne tiendrait pas la place qu’il tenait," poursuit Allison.

"Nous tombions quelque part dans la région de la septième, huitième place en fonction de la façon dont les pneus se dégradaient progressivement."

"Avec des hypothèses plus fantaisistes, Lewis aurait pu arriver quatrième, plutôt que cinquième. Cependant, c’était bien une hypothèse fantaisiste car les pneus glissaient de plus en plus et se dégradaient de plus en plus. Quand vous mettez une prédiction plus réaliste de ce qui se serait passé, vous voyez que Lewis serait arrivé environ à la septième place, peut-être même à la huitième."

"A partir de là, vous allez choisir la meilleure option et la meilleure option pour nous, ayant raté l’appel aux stands précédent, était de viser cette cinquième place avec un autre arrêt."

"Alors même si les pneus auraient tenus, nous avons fait le bon choix."

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less