Alpine F1 : Titulariser Doohan n’est pas le 1er choix de Rossi

Le Français préférerait le voir débuter ailleurs pour se forger une expérience

Recherche

Par Franck Drui

11 septembre 2022 - 12:03
Alpine F1 : Titulariser Doohan (...)

Alpine F1 cherche donc un pilote à associer à Esteban Ocon pour la saison 2023 et, si possible, après.

Plusieurs noms circulent dans le paddock de Monza, à commencer par celui de Pierre Gasly, mais son sort est totalement lié à l’attribution d’une superlicence pour Colton Herta. Red Bull y croit encore, afin de libérer le pilote AlphaTauri au profit d’Alpine. Du côté de la FIA, on est prudent et il n’y aura en tout cas pas d’exception.

L’autre nom qui circulait c’est celui d’un jeune pilote qui monte au sein de l’Académie Alpine, Jack Doohan. Mais Laurent Rossi, le PDG, reste très prudent quant à une arrivée en F1 de l’Australien directement au sein de l’équipe française.

"Jack a certainement un très bon sens du timing, car il est extrêmement performant en ce moment. Pour être honnête, nous savions déjà qu’il était très rapide, la vitesse brute qu’il avait, mais il a beaucoup gagné en maturité. Cela se voit sur la piste, mais aussi hors piste. Les conversations que nous avons sont très impressionnantes. Je pense que quelque chose a cliqué, il a fait un pas en avant qui est vraiment bon."

"Maintenant, quelle que soit sa valeur, nous pensons toujours que la meilleure voie pour un jeune pilote est potentiellement d’aller dans une équipe où vous avez un peu moins de pression."

C’était également l’intention d’Alpine avec Piastri si Alonso était resté, après avoir négocié un prêt de deux ans chez Williams avant une arrivée dans l’équipe d’usine à partir de 2025.

"C’est mieux parce que vous avez moins de pression pour marquer de gros points. Et nous savons que cela fait une différence, si vous êtes un peu plus expérimenté pour aller chercher la quatrième place plutôt que la septième. C’est un défi de taille, c’est un accomplissement très différent."

"Et nous savons que des équipes comme la nôtre sont un peu plus sous pression en ce qui concerne le plafond des coûts. Je préférerais donc qu’il endommage son premier aileron ailleurs ; trouver ses limites dans une nouvelle voiture, car le pas est grand d’une F2 à une F1."

"C’est normal. Et c’est ce que tout le monde fait. George Russell, malgré ses incroyables talents, et Charles Leclerc également, ils ont dû perfectionner leurs compétences sur une F1 qui est beaucoup plus rapide que la F2 pendant un an ou deux."

Rossi dit cependant que Doohan est "toujours dans le groupe de pilotes qu’Otmar, moi-même et l’équipe envisageons. Parce que sa forme est impressionnante. Donc, nous le regardons. Mais encore une fois, nous gardons toujours à l’esprit les principaux critères, qui sont d’être prêts à marquer des points tout de suite, et nous aider à grandir en développant la voiture."

"Nous avons besoin de quelqu’un qui soit capable de montrer la voie aux côtés d’Esteban. Nous ne pouvons pas développer une voiture d’un seul côté du garage."

Trouver le bon pilote pour tenir le plan à long terme d’Alpine F1

Quelle que soit le pilote, la composition des pilotes d’Alpine en F1 ne sera pas aussi solide qu’elle aurait pu l’être. Mais Rossi, qui a établi un plan de 100 courses pour qu’Alpine devienne une équipe de premier plan, pense que les objectifs à long terme restent réalisables.

"Nous devrions pouvoir absorber cette bosse sur notre route. La voiture est toujours le plus grand moteur de performance en ce moment. Ce sera toujours le plus important. Le pilote vous rapportera deux ou trois dixièmes supplémentaires ce qui pourrait être super important. Mais l’écart avec, par exemple, les troisième et quatrième positions est bien supérieur à ce que le pilote pourrait réaliser."

"Donc pour l’instant, nous devons encore réaliser LA voiture, et la bonne nouvelle est que nous semblons avoir un bon concept qui est sain et qui s’améliore constamment côté performances. Ensuite, nous devons trouver le pilote capable de marquer de gros points tout de suite, ce qui nous conduit essentiellement vers des pilotes plus expérimentés - mais en même temps capable de grandir avec nous."

"Ce sont les critères que nous utilisons en ce moment. Otmar dirige le processus. Voir tous les pilotes, discuter avec eux, évaluer les options, les évaluer ici, éventuellement les évaluer lors de tests. Je suppose que ce sera un processus qui va durer un peu. Parce que nous voulons prendre la bonne décision et que rien ne presse."

"L’idée est de s’assurer que nous avons une continuité dans le plan et que le pilote qui arrivera l’année prochaine pourra continuer à nous aider à progresser."

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos