Alpine F1 a confiance d’avoir ’respecté sa part du marché’ avec Piastri

Szafnauer attend le verdict du CRB lundi

Recherche

Par Emmanuel Touzot

27 août 2022 - 12:21
Alpine F1 a confiance d'avoir (...)

Otmar Szafnauer assure que le contrat liant Oscar Piastri à Alpine F1 pour l’année prochaine est valide. Le directeur de l’équipe française veut faire valoir ses droits, alors que le bureau de reconnaissance des contrats (CRB) doit statuer ce lundi sur la validité - ou non - du contrat les liant.

"Nous sommes sûrs qu’Oscar a signé avec nous en novembre" a déclaré Szafnauer, assuré d’avoir gain de cause d’une manière ou d’une autre. "Il y a certaines choses qui doivent être dans le contrat et je suis sûr qu’elles y sont."

Szafnauer assure que la deadline du 31 juillet, qui est beaucoup ressortie lorsque Fernando Alonso a signé chez Aston Martin F1, n’est pas une réalité. Selon lui, Piastri avait un contrat pour 2023 et 2024 qu’Alpine pouvait activer à tout moment.

"Il n’y a pas eu à dire ’avant le 31 juillet, vous devez faire certaines choses’, cette date limite du 31 juillet que je lis tout le temps est fictive. La durée du contrat va jusqu’en 2024 avec une option en 2023."

"Il y a beaucoup plus, mais je n’aime pas vraiment parler des détails. Nous avons fait tout ce qui était prévu dans le contrat et nous continuons à le faire. Nous avons définitivement respecté notre part du marché."

Cela n’empêche pas "une excellente relation"

Des propos qui laissent penser que Szafnauer et Alpine veulent surtout récupérer une compensation au cas où Piastri ne pilote pas l’an prochain pour l’équipe. Le Roumain assure en effet que le team d’Enstone et Viry fait tout ce qu’il s’était engagé à faire pour travailler avec Piastri et l’accompagner.

"Il pilote dans notre simulateur, nous aide à régler la voiture et nous continuons à préparer Oscar de la même manière que par le passé. La relation n’a pas faibli et nous continuons."

Szafnauer estime toutefois que la dispute actuelle n’est pas incompatible avec le fait de voir Piastri rester dans l’équipe, une fois que tout sera clarifié. Selon lui, il est normal que le pilote et l’équipe veuillent une clarification légale.

"C’est l’étape suivante logique lorsque vous pensez avoir un contrat valide avec le pilote et qu’il veut aller ailleurs" poursuit-il, prenant pour exemple la bonne entente entre Jenson Button et Honda après que son contrat avec Williams avait été dénoncé.

"J’étais là avec Jenson Button quand il voulait aller chez Williams, mais BAR a gagné devant le CRB et nous avons eu une excellente relation avec Jenson par la suite qui a culminé avec un championnat du monde, bien qu’après que Honda ait quitté le sport."

Piastri était "reconnaissant" d’être titularisé

Lorsque l’annonce du remplacement d’Alonso par Piastri a été effectuée, ce dernier a immédiatement sorti un communiqué de presse disant qu’il était engagé ailleurs et qu’il ne roulerait pas dans le team français. Cela a étonné Szafnauer, puisqu’il assure qu’il lui avait annoncé de vive voix, avec une réception positive.

"J’ai vu Oscar avant que nous ne diffusions le communiqué. Il était dans le simulateur, alors je suis allé le voir et je lui ai dit. Il a souri et était reconnaissant, donc nous avons sorti le communiqué au plus vite."

Tout de même, Otmar Szafnauer (qui avait déjà dénoncé le « manque d’intégrité » de Piastri, voir notre article) fustige désormais l’attitude hypocrite de son jeune pilote…

Pour le moment, Szafnauer ne pense pas au remplacement de Piastri, car il veut d’abord connaître le verdict du CRB. De là, il décidera de quel pilote engager à la place de l’Australien, si celui-ci rejoint finalement McLaren.

"Nous allons demander au CRB de décider quel contrat signé par Oscar a la priorité et après cela, nous verrons où nous allons. "Une fois que nous aurons toutes les informations devant nous, nous commencerons à chercher qui occupera le siège vacant."

L’objectif est de pouvoir évaluer les candidats dans les prochaines semaines : "La bonne nouvelle est que nous avons trois courses d’affilée maintenant. Nous allons attendre lundi ou mardi, et ensuite regarder notre situation en ayant de bonnes informations pour prendre ces décisions."

Szafnauer a conclu en affirmant que lui et le directeur général Laurent Rossi n’avaient "aucun regret" sur la situation mais ont admis qu’il y avait "des leçons à tirer".

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos