AlphaTauri : Des choix techniques dictés par les liens avec Red Bull

D’où une configuration de suspensions particulière

Recherche

Par Emmanuel Touzot

2 mars 2022 - 13:10
AlphaTauri : Des choix techniques (...)

Comme depuis le rachat de Minardi par Red Bull, et sa transformation en Toro Rosso, AlphaTauri travaille de concert avec l’équipe sœur sur la technique. C’est pour cela que le choix de suspensions de l’AT03 est l’un des rares dans sa configuration.

En effet, la monoplace de Faenza arbore des suspensions à poussoir, pushrod, à l’avant comme à l’arrière. Mais Jody Egginton, le directeur technique, nous explique que la conception des suspensions n’a pas été couplée.

"Choisir la configuration de suspension est une décision à prendre plus tôt dans le programme que d’autres décisions" a expliqué Egginton à Barcelone, en réponse à une question de Nextgen-Auto. "A ce moment-là, nous étions en train de développer le plancher."

"Nous avons essayé de chercher les solutions, pushrod, pullrod, et de mixer le tout avec la direction de conception du plancher et de l’aileron avant, mais nous avons dû prendre une décision."

"A ce moment-là, le pushrod était la solution la plus performante, et nous avons décidé de travailler autour de cela car on ne peut pas attendre indéfinimient, sans quoi le développement du châssis peut être compromis."

"Le pullrod a des bénéfices en matière de structure aéro, mais de notre point de vue, avec la voiture, les pushrods étaient une meilleure solution. A l’arrière de la voiture, en tant que client, nous avons récupéré le choix technique de Red Bull et nous avons travaillé sur l’aérodynamique autour de ce concept."

"C’est l’inconvénient d’être client mais nous pensons avoir optimisé la voiture autour de cela. En termes de résultat en piste, la suspension fonctionne comme on le veut, on a la rigidité voulue et la possibilité de réglages voulue."

"C’est plutôt une question aérodynamique et quand Red Bull a pris sa décision, nous avons développé notre voiture autour. C’est la même solution à l’avant, mais je ne pense pas que ce soit un problème. On a vu beaucoup de concepts de suspensions, et l’important est que ça corresponde au concept de la voiture."

L’avantage et l’inconvénient des pièces similaires

Egginton confirme que c’est bien le fait de disposer de pièces 2022 de Red Bull qui a contraint certains choix. Auparavant, l’équipe bénéficiait des pièces de l’année précédente, ce qui lui donnait un maximum d’informations avant de concevoir ses F1.

Avec le changement de règlement, AlphaTauri a dû attendre les décisions techniques de Red Bull pour avoir son package entier, et a donc pris des décisions sans savoir à quoi ressemblerait le reste de la monoplace.

"On utilise la boîte de vitesses, le système hydraulique et les suspensions arrière de RB, les suspensions avant sont les nôtres. Quand il y a des gros changements, ils nous gardent dans la boucle, on voit le design évoluer, et tout changement a un impact."

"Ce n’est pas comme quand on avait des pièces datant de l’année précédente, et que le design était fixe. Il faut s’adapter et nous avons réussi à le faire et à être flexibles. Avec des pièces de l’année précédente, on allait en soufflerie et on travaillait dessus."

"Cette fois, ça changeait rapidement. Mais je pense que l’on a bien réussi et le développement de la voiture a été sensible, on a eu un bon appui de Red Bull. Ca a des chances de changer, on ne fonctionne pas toujours pareil dans notre partenariat avec Red Bull."

"On décidera pour les années suivantes des pièces que l’on veut acheter et de celles que l’on continuera à développer. Mais je pense que l’on a globalement réussi à rester à jour sur les développement et que ça a été un succès."

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos