Formule 1

Alonso pense qu’il aurait dû quitter la F1 avant 2018

L’Espagnol y pensait déjà quelques années avant

Recherche

Par Paul Gombeaud

25 octobre 2021 - 19:17
Alonso pense qu’il aurait dû quitter (...)

Fernando Alonso a effectué son retour en Formule 1 avec Alpine cette saison, après une pause de deux ans. L’Espagnol était parti fin 2018 visiblement usé après quatre saisons infructueuses et frustrantes chez McLaren et s’était essayé à d’autres disciplines, notamment à l’endurance où il s’est imposé deux fois avec Toyota aux 24h du Mans, mais aussi aux 500 Miles d’Indianapolis ou encore au Dakar.

Le double champion du monde admet d’ailleurs qu’il aurait peut-être dû prendre ce break quelques années plus tôt, mais une telle décision n’était pas facile à prendre.

"Je n’ai aucun regret sur ma carrière, à part peut-être un," a déclaré Alonso. "Peut-être aurais-je dû quitter la F1 plus tôt. C’est facile à dire maintenant, mais je n’aurais pas dû attendre jusqu’en 2018."

"J’aurais dû le faire en 2015 ou en 2016, au moins deux ans avant, pour m’essayer au Dakar et à l’endurance. J’avais déjà ça en tête en 2015, mais j’ai eu besoin de temps pour franchir le pas. Peut-être trop."

Alonso avait notamment quitté la F1 en laissant l’image d’un pilote frustré, notamment lors des années McLaren-Honda marquées par des problèmes de performance et de fiabilité qui l’empêchaient d’exprimer son talent.

S’il affiche un autre visage pour son retour cette année, bien qu’au volant d’une monoplace incapable de lutter à la régulière pour le podium, l’Espagnol n’en demeure pas moins actif sur d’autres sujets, notamment en ce qui concerne les décisions prises par les commissaires de piste en F1.

"J’ai toujours essayé de me battre contre les injustices," poursuit Alonso. "Ce n’est pas nouveau, je le faisais déjà par le passé. Il y a toujours un manque de constance en fonction de la nationalité, que ce soit pour les pénalités infligées ou le non-respect d’un règlement."

"Je me souviens que lorsque je me battais pour le titre contre Red Bull en 2012, tout le monde savait qu’ils avaient un aileron avant très flexible et il avait fallu cinq ou six courses pour que celui-ci soit enfin banni. Et cette année-là, je perdais le titre pour trois points."

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less