Formule 1

Alonso ne ferme toujours pas la porte à un retour en 2020

En attendant, il observera la saison 2019 avec attention

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 février 2019 - 09:46
Alonso ne ferme toujours pas la (...)

Vainqueur des 24 Heures du Mans en 2018 et récent vainqueurs des 24 Heures de Daytona, Fernando Alonso avoue qu’il serait toutefois plus qu’heureux de remporter un troisième titre mondial de Formule 1. L’Espagnol participera cette année de nouveau aux 500 Miles d’Indianapolis et au double tour d’horloge de la Sarthe mais n’exclut pas un retour en F1 en 2020.

"J’ai toujours dit que c’était un au revoir, pas un adieu" explique Alonso. "Maintenant, j’ai de nouveaux défis face à moi avec les bons outils pour gagner, tandis que c’était impossible de faire pareil en F1. Je n’ai pas de plans pour 2020. Bien sûr, gagner un troisième titre mondial serait ma plus grande joie."

Alonso, 37 ans, ne pense pas qu’il serait improbable de revenir en ayant moins de 40 ans et rappelle l’âge de Michael Schumacher lorsqu’il a pris sa retraite : "Schumacher a couru jusqu’à ses 43 ans. Si vous vous sentez fort, vous n’avez pas besoin de regarder votre âge. Vous courez jusqu’à réaliser que quelqu’un est plus fort que vous."

Il sera toutefois un grand fan de Formule 1 cette année et suivra notamment le retour de son ami, Robert Kubica, huit ans après ses graves blessures : "Son histoire est simplement incroyable, car il y a quelques mois, toutes les opportunités semblaient ratées. Mais maintenant, il pilotera sans rien avoir à perdre."

Enfin, Alonso suivra également les progrès de son ancienne équipe, Ferrari, qui a joué le titre en début de saison en 2017 et 2018, et qui a recruté Charles Leclerc aux côtés de Sebastian Vettel pour 2019. Il analyse les chances de chacun des deux hommes et prédit que 2018 était "la dernière année de domination de Mercedes."

"Je ne peux que rappeler à Leclerc que le championnat se décide durant la deuxième moitié de saison, donc il ne faut rien presser. Il doit débuter l’année calmement, marquer des points et aider l’équipe" poursuit Alonso, qui comprend les doutes de Vettel ces dernières années. "C’est un vrai champion. La vérité est que lorsqu’il y a beaucoup d’attention autour de vous, c’est très difficile."

McLaren

expand_less