Formule 1

Albon : Je n’avais jamais été sous le feu des critiques comme ça

Le Thaïlandais réussit toutefois à faire abstraction

Recherche

Par Olivier Ferret

26 août 2020 - 09:48
Albon : Je n’avais jamais été sous le (...)

Alex Albon finira-t-il la saison avec Red Bull ? Sera-t-il remplacé en cours de saison par Pierre Gasly ? Quel sera l’équipier de Max Verstappen en 2021 ?

Voici un exemple de questions dans le paddock de la F1 et dans les médias concernant le 2e pilote de l’équipe de Milton Keynes, dont le Thaïlandais est bien entendu au courant.

Ses performances très moyennes face à Max Verstappen provoquent évidemment ces questions (légitimes ?) quand on connait la façon parfois abrupte de Red Bull de réagir à un manque de performance d’un de ses pilotes...

"Je pense que c’est comme ça, c’est le sport auto," répond Albon à The Race.

"Je pense que cela ne changera jamais. Je vois bien qu’ils parleront toujours du deuxième baquet Red Bull. Je pense que c’est presque inévitable."

"Je ne pense pas que cela vienne même tellement de Red Bull que cela vient juste de la perception que Red Bull est en quelque sorte... Red Bull. Ce que je trouve injuste. Vous lisez des trucs, mais ensuite vous savez ce qui se passe réellement et il n’y a pas ce genre de… Ouais, c’est juste différent."

"C’est nouveau, évidemment, pour moi de subir ça. Je n’ai pas été sous le feu des critiques dans ma carrière de pilote avant ces dernières courses. Ça a été OK. À la fin, tout le monde parle, c’est en quelque sorte attendu. Je suppose qu’en particulier avec le confinement et tout, il y a eu un peu plus de discussions que d’autres fois. Mais ça va, j’arrive à faire avec, vraiment."

Le Thaïlandais n’a pas été trop critiqué pour ses courses jusqu’à présent. Même s’il a du mal à bien se qualifier, au moins juste derrière son équipier, il a démontré pouvoir remonter grâce à un bon rythme de course. A part à Barcelone, Albon a donné satisfaction sur ce point à ses patrons.

Mais comment juge-t-il son grand déficit par rapport à Max Verstappen sur un tour, en qualifications ?

"Je pense que vous pouvez toujours vous stresser inutilement. Certes, nos carrières, nos performances, sont toujours dictées par le chronomètre et aussi par les comparaisons avec vos coéquipiers, il s’agit donc essentiellement de se concentrer sur vous-même et de regarder vos propres améliorations, de regarder les domaines que vous souhaitez améliorer dans la voiture pour vous sentir plus à l’aise."

"C’est là que vous devez ignorer les conversations, tout le bruit de fond. Vous devez avoir votre propre conviction que ce que vous faites est juste et que nous prenons les bonnes mesures pour progresser. Et c’est vraiment tout, vous devez simplement prendre votre version de la façon dont tout se passe et vous concentrer sur les domaines sur lesquels vous souhaitez travailler."

"Les années précédentes, il y a toujours eu en F1 cette chose ’très normale’ où il y avait les trois meilleures équipes et ensuite tout le monde en dessous. Maintenant, vous avez Mercedes, et puis tout le monde derrière, avec un peloton assez rapproché. Racing Point a fait un énorme pas en avant, ils sont en haut, ils sont extrêmement rapides."

"C’est donc très serré en Q2. Bien sûr, c’est à ce moment-là que vous devez être proche de votre coéquipier, vous devez tirer le meilleur parti de votre voiture car les temps sont serrés maintenant. Cela signifie simplement que nous avons moins de marge."

Albon l’admet : "le lundi, après la course, il y aura forcément un coup de téléphone des patrons qui fait mal, un feedback négatif mais cela reste constructif."

"Il s’agit vraiment de travailler beaucoup avec l’équipe, mon équipe, mais aussi avec l’usine. Il y a évidemment des domaines sur lesquels nous devons tous travailler, et des domaines sur lesquels je ne me sens pas aussi à l’aise que Max, où je ne suis pas assez rapide."

"Mais c’est le seul objectif. Je ne me soucie vraiment pas de ce qui se dit autour de moi."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less