Albon a ’gagné sa place en Formule 1’ grâce à sa saison 2022

Un comeback réussi avec Williams F1

Recherche

Par Paul Gombeaud

10 décembre 2022 - 15:05
Albon a 'gagné sa place en (...)

Après avoir été mis sur la touche par Red Bull l’année dernière, Alex Albon retrouvait un poste de titulaire chez Williams F1 cette saison. Il savait ainsi qu’il aurait beaucoup à prouver en 2022, alors que certains observateurs ne le jugeaient pas suffisamment bon pour la discipline après l’avoir vu à l’œuvre face à Max Verstappen.

Mais le pilote thaïlandais a finalement prouvé qu’il méritait bel et bien sa place grâce à des résultats parfois impressionnants, et ce malgré une FW44 assez peu performante.

"Je pense que la saison a été vraiment positive," a déclaré Albon.

"Bien sûr, je revenais en F1 cette année et je voulais donc prouver ce dont j’étais capable. J’ai eu cette année à l’écart, ce qui n’est jamais facile. Mais d’un point de vue personnel, je pense avoir fait du bon travail. J’ai le sentiment d’avoir gagné ma place en F1."

"Nous ne sommes pas là où nous voudrions être en tant qu’équipe, disons en termes de position au championnat et de points marqués. Mais je pense que nous y arrivons petit à petit et nous sommes totalement concentrés sur la saison prochaine. Je suis bien sûr un peu déçu que nous ne puissions pas nous battre pour les points plus régulièrement, mais l’année reste très positive."

Les nouveaux règlements de la F1 sont parfaitement tombés

Albon estime par ailleurs avoir bénéficié de l’arrivée d’une nouvelle règlementation aérodynamique en Formule 1, ce qui remettait en quelques sorte tous les pilotes sur un pied d’égalité.

"J’ai eu une année pour m’y préparer. Alors en termes de forme physique, je me suis senti bien. Le fait que nous ayons eu une nouvelle voiture et de nouveaux règlements a un peu joué en ma faveur. C’était une remise à zéro pour tout le monde. J’ai encore un léger retard à rattraper mais bien moins qu’avant."

"J’avais l’impression d’être un peu rouillé durant les premiers weekends de course, piloter était donc essentiel. En réalité, en F1, nous ne pilotons que... je ne sais pas, trois fois 23 jours ? Plus les essais, ce n’est donc pas un sport que vous pratiquez tous les jours."

"Mais en plus de ça, le fait d’avoir raté toute une saison était délicat, encore une fois en raison du manque de pratique. En golf ou en football, vous êtes tous les jours sur le terrain. Mais dans le monde de la course, c’est comme si on enlevait une année entière. J’ai effectué quelques tests Pirelli la saison passé, mais ça faisait très peu."

"Durant les premières courses, il était donc question de retrouver le rythme, de retrouver la précision et le feeling à bord de la voiture. Mais le fait d’aller en Q2 dès la première course à Bahreïn... je ne dirais pas que c’était émouvant, mais c’était une récompense car nous n’étions pas vraiment compétitifs dès le départ. C’était une belle manière de commencer l’année et de me mettre immédiatement en confiance."

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos