Formule 1

Agag compatit avec Carey : ’Sortir les équipes de la gouvernance de la F1’

Le dirigeant de la Formule E s’exprime sur la Formule 1

Recherche

Par A. Combralier

28 juin 2019 - 10:34
Agag compatit avec Carey : 'Sortir (...)

Alejandro Agag, fondateur et directeur de la Formule E, regarde avec peut-être un certain plaisir les déboires actuels de Liberty Media. La FOM est en effet enlisée dans la négociation des prochains Accords Concorde, et a dû faire des compromis pour trouver un accord avec les écuries.

A l’image de Bernie Ecclestone ou de Lewis Hamilton, Alejandro Agag, fort de son expérience, estime que Liberty Media ne devrait pas rechercher le consensus des écuries… Selon l’Espagnol, la FIA et la FOM devraient agir de concert, en passant en force si besoin.

« Le seul moyen pour la F1, dans le futur, d’avoir un championnat sain, c’est de sortir totalement les équipes de la gouvernance. C’est tout. Les équipes devraient laisser la FIA prendre les décisions, ensemble avec le promoteur. »

« Nous avons le même intérêt, qui est le championnat. Les équipes ont leur propre intérêt, qui est totalement légitime, mais elles ne devraient pas pouvoir introduire cet intérêt dans l’équation. »

« Ce qui est arrivé en F1, c’est la faute des équipes. Ce n’est pas de la responsabilité de la FIA ou du promoteur. »

Alors que la Formule E est en pleine croissance, la FOM connaît plus de difficultés à gérer le sport, au point que des rumeurs de remplacement de Chase Carey par Toto Wolff fleurissent déjà. Cependant, le dirigeant de la discipline électrique vient au secours de l’Américain – ou du moins, il compatit avec lui.

« Si j’étais Chase… je chercherais à dire ‘Mon Dieu, comment faire pour régler tout cela ? Je possède le cirque, mais je ne peux pas changer le programme du spectacle’… »

« Vous ne pouvez en fait pas vraiment changer le règlement parce que vous avez les équipes… qui bloquent tout. Ici, en Formule E, dans la gouvernance, nous avons seulement la FIA et nous, et nous avons une gouvernance formidable avec la FIA. »

« La distribution des revenus, tout cela, nous n’avons rien de tel à gérer. Vous devriez mettre la pression sur les gens qui dirigent le sport, qui devraient faire le job. »

« Jusqu’à ce que la structure du management change, la situation demeurera la même. »

A l’appui de sa thèse, Agag prend même l’exemple du dernier e-Prix de Berne, en Suisse : après un carambolage au premier tour, qui avait créé un embouteillage, la course avait été longtemps interrompue sous drapeau rouge.

« J’ai dit à Jean Todt, il faut régler cela ; il n’y aura peut-être qu’une édition de cette course. La piste est trop étroite, vous ne pouvez dépasser. »

« Nous pouvons faire ce genre de changements, parce que c’est nous qui décidons. »

Alejandro Agag semble plutôt réussir en Formule E… pourrait-t-il, prochainement, réussir en F1, si on lui demandait ?

« Même s’ils étaient assez sympathiques pour me faire cette offre, je ne pourrais pas le faire. Contractuellement, je ne le pourrais pas. »

Une clause de non-concurrence existe, en effet, entre la F1 et la Formule E.

Toto Wolff ferait-il alors l’affaire ?

« Toto serait génial, il serait mon candidat » conclut Alejandro Agag. « Mais je ne sais pas si Chase va partir. »

FOM (Liberty Media)

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less