Formule 1

Adieu la crise ? La F1 revient dans le vert au premier trimestre 2021

Le crash de l’an dernier effacé

Recherche

Par Alexandre C.

7 mai 2021 - 16:28
Adieu la crise ? La F1 revient dans (...)

Le pire de l’orage est derrière la F1, mais le ciel n’est pas pour autant sans nuages : voici comment l’on pourrait commenter les derniers résultats financiers présentés par la F1.

Cette année, en mars, une course a pu se tenir à Bahreïn ; l’an dernier, le Grand Prix d’Australie avait été bien sûr annulé à cause de la pandémie.

Sans surprise, les revenus primaires sont donc en nette progression par rapport à l’an dernier. Ils ont augmenté, passant de seulement 17 millions de dollars pour la période de janvier à mars en 2020, à 159 millions de dollars pour la même période cette année. Le revenu total est lui passé de 39 millions de dollars à 180 millions de dollars.

La conséquence est immédiate : au lieu d’une perte opérationnelle de 173 millions de dollars l’an dernier, la F1 est en profit sur ce trimestre, à hauteur de 33 millions.

Les équipes ont profité de ce regain d’activité, en ayant reçu 44 millions de dollars de paiement au total (contre 0 l’an dernier sur la même période).

Sans triomphalisme, Liberty Media a commenté ces résultats positifs.

« Les revenus primaires de la F1 ont augmenté au premier trimestre avec une croissance de la promotion des courses, des droits médias et des revenus issus du sponsoring. »

« Cela est principalement dû à la comptabilisation des revenus spécifiques aux courses et aux saisons, avec une course organisée au premier trimestre de 2021, contre aucune course au cours de la période de l’année précédente. »

Il semble aussi que le Vietnam ait payé l’organisation de son Grand Prix en 2021, peut-être pour assumer son annulation de l’an dernier...

« En outre, les recettes issues des promoteurs des courses au premier trimestre 2021 comprenaient le produit d’un règlement unique lié à l’annulation d’une course qui devait initialement débuter en 2020. Les redevances des droits issus des médias ont également bénéficié de la croissance des revenus d’abonnement à F1 TV. »

La F1 a par ailleurs procédé à une reclassification de sa compatibilité, influençant à la hausse les résultats dévoilés. Les revenus issus des droits des promoteurs, des sponsors, et de F1 TV , sont désormais appelés "media rights" et sont compris dans les revenus primaires ; ces derniers désormais incluent donc davantage que les seuls droits issus des diffuseurs historiques.

Liberty Media s’est expliqué sur ce choix...

« Au cours des trois mois clos le 31 mars 2021, la F1 a commencé à reclasser certains composants précédemment déclarés dans les autres revenus de la F1 pour les inclure dans les revenus primaires de la F1 afin de mieux s’aligner sur la façon dont elle évalue actuellement l’activité. »

« Les composantes les plus importantes qui ont été reclassées dans les revenus primaires de la F1 comprennent les frais d’abonnement à F1 TV, les frais de licence des droits commerciaux pour les courses de Formule 2 et de Formule 3, les frais de droits de diffusion pour les courses de Formule 2 et de Formule 3, et les frais de droits publicitaires sur les plateformes numériques de la Formule 1. »

« À la suite du reclassement, les autres revenus de la F1 sont principalement constitués des revenus de fret et d’hospitalité » et sont donc, pour conclure, moins importants.

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less