Abu Dhabi 2021 n’a pas ’porté atteinte’ au succès de la F1

Domenicali revient sur l’erreur de Masi

Recherche

Par Emmanuel Touzot

25 août 2022 - 10:08
Abu Dhabi 2021 n'a pas 'porté

Stefano Domenicali, le PDG de la F1, se veut rassurant quant aux conséquences d’Abu Dhabi 2021 sur la popularité de la Formule 1. Les chiffres en hausse, cette saison encore, permettent à l’Italien de confirmer que l’erreur ayant attribué le titre à Max Verstappen n’a pas fait de mal à l’image du sport qu’il dirige.

"En termes d’image, c’est comme quand il y a une finale de coupe du monde de football, qu’il y a un arbitre qui fait une erreur et qu’il y a un penalty donné qu’il ne fallait pas donner" a déclaré Domenicali.

"Donc je ne pense pas que ça porte atteinte à la réputation ni à la solidité du championnat, parce que c’est quelque chose qui peut arriver. Ce que je vois, pour être honnête, c’est que la FIA a pris ce fait au sérieux et qu’elle veut le changer et améliorer le système."

"Mais au bout du compte, les performances de toutes les personnes impliquées dans la F1 sont liées à leurs capacités personnelles, à leurs compétences personnelles, à leurs bonnes décisions ou à leurs erreurs personnelles. Et c’est quelque chose qui sera toujours présent dans tous les sports."

"Tout le monde peut faire des erreurs"

Domenicali ne pense pas que Masi ait pris volontairement une décision erronée : "Je ne pense jamais que quelqu’un fait quelque chose volontairement pour être contre quelqu’un, parce que sinon je ne serais pas dans cette position. C’est quelque chose que je ne peux pas accepter parce que si j’avais un petit doute à ce sujet, je ne serais pas ici."

"Vous pouvez faire des erreurs, oui, à 100 %. Les équipes ou les pilotes, tout le monde peut faire des erreurs. Mais je ne veux pas juger quelque chose qui aurait pu être à cause d’une vision personnelle de quelque chose qui s’est passé comme une réputation endommagée pour la F1."

Et l’Italien de confirmer que la Formule 1 n’a pas pâti de cette erreur : "Si vous regardez le suivi de ce que nous avons cette année, il est immense. Donc si cela était si négatif, je ne verrais pas ce nombre de personnes qui viennent aux courses ou qui suivent partout dans le monde."

La popularité de la F1 est telle cette année que les courses se feront majoritairement à guichet fermé : "De la Belgique jusqu’à la fin de saison, tous les Grands Prix sont complets. Donc beaucoup de gens ont déjà réservé les billets pour venir."

"Donc, en Belgique, chaque jour, il y aura plus de 120 000 personnes. A Zandvoort, on envisage la même chose. A Monza, il y a plus de 250 000 billets vendus, et Singapour, est complet. Donc j’espère vraiment que nous allons avoir une grande course et une grande deuxième partie de la saison."

Domenicali aimerait revoir une fin de saison intense

A l’exception du déroulement allant à l’encontre du règlement, Domenicali aimerait revoir un scénario similaire, avec une saison aussi intense et se jouant à la fin de la dernière course de la saison.

"D’un point de vue commercial, j’adorerais voir une autre saison où cela se joue au dernier tour de la dernière course, peut-être avec moins de confrontation, parce que ce serait formidable. Oui, 80 points, c’est beaucoup. Mais en F1, et d’après mon expérience précédente, il ne faut jamais dire jamais."

Cette deuxième partie de saison s’annonce moins intense, avec un écart de 80 points entre Max Verstappen et Charles Leclerc. Mais Domenicali rappelle qu’une mauvaise série n’est jamais exclue, et conseille à Ferrari de ne pas abandonner.

"Souvenez-vous de 2007, à deux courses de la fin, nous étions derrière de 17 points (avec 20 à distribuer, ndlr) et Kimi a pu remporter le championnat au Brésil et personne ne s’y attendait. Je sais que c’est un grand retard, mais je ne vois pas pourquoi Ferrari ne pourrait pas revenir dans la lutte avec Red Bull."

"Red Bull est une équipe très forte, Mercedes va se développer. Mais vraiment la seule chose que je peux dire, c’est qu’ils ne devraient pas abandonner jusqu’au bout. Nous allons avoir beaucoup de surprises dans la deuxième moitié de la saison. Avec les erreurs, la fiabilité, les conditions météorologiques, qui sait ?"

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos