Abandonner 2022 pour 2023 : le dilemme des équipes de F1

Plusieurs patrons exposent leurs stratégies

Recherche

Par Alexandre C.

3 juillet 2022 - 15:35
Abandonner 2022 pour 2023 : le (...)

C’est une question habituelle aux alentours de l’été… et encore plus brûlante à l’ère des budgets plafonnés.

Quand les équipes de F1 doivent-elles totalement abandonner leur monoplace 2022, pour se concentrer sur celle de l’an prochain ?

Chez Aston Martin F1, on a déjà fait le choix de basculer sur 2023.

Et chez Alpine ?

Otmar Szafnauer estime qu’il s’agit d’une « très bonne question… »

« Je demandais justement la même chose à notre équipe technique. Nous sommes dans une bataille, je l’espère, pour la quatrième place. Nous ne sommes pas si loin de la quatrième place au classement des constructeurs, nous ne sommes pas si loin de la sixième place au championnat et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous donner la meilleure chance de terminer quatrième au championnat. »

« Nous allons donc continuer à développer jusqu’à ce que nous soyons à l’aise, mais en même temps, nous ne pouvons pas le faire au détriment de l’année prochaine, c’est donc à ce moment-là que nous allons passer à l’an prochain. »

Dans une bataille pour le titre, Christian Horner et Red Bull avaient tout misé sur 2021 l’an dernier. Feront-ils de même en 2022, vu le succès de la monoplace actuelle, presque surprenant quand on sait que Milton Keynes a basculé plus tardivement sur le nouveau règlement aérodynamique de 2022 ?

« Eh bien, les contraintes du plafond budgétaire dictent en grande partie ce que vous pouvez faire cette année, mais bien sûr, avec des règlements stables, tout ce que vous apprenez cette année est pertinent pour l’année prochaine. L’année dernière était, par exemple, beaucoup plus complexe, avec une feuille de papier totalement vierge pour 2022, sans aucun composant à transposer sur la voiture. Je pense que l’année prochaine vous pourriez voir plus de pièces transposées. »

Mike Elliott confirme que Mercedes travaille bien sur l’an prochain. Jusqu’à quel point le projet 2023 est-il avancé à Brackley ?

« Comme toutes les équipes, nous aurons commencé. Et nous sommes en train de voir ce que nous voulons faire. Je pense que les gros morceaux d’architecture de la voiture de l’an prochain, vous devez vous y mettre maintenant. Les détails de la forme extérieure, la forme aérodynamique de la voiture, viendront plus tard. Et ce que nous essayons de faire, c’est de dire, Avons-nous la bonne voie pour le moment ? Devons-nous continuer à développer cela ? Devons-nous passer à quelque chose de nouveau ? »

« Mais il faut s’assurer que nous ayons bien compris, que nos outils fournissent ce qu’ils doivent fournir. Le plus important, c’est que nous ayons une bonne corrélation avec la piste. »

Jost Capito, chez Williams, conclut par une précision intéressante : en période de stabilité réglementaire, tout se fait de manière plus graduelle, moins binaire.

« Ce n’est pas un interrupteur, ce n’est pas passer du noir au blanc, c’est un passage continu de la voiture de cette année à celle de l’année prochaine, pour nous du moins. Nous devons toujours apprendre des voitures de cette année à celles de l’année prochaine. Et si nous pouvons le faire, nous devons le faire. »

Alpine F1 Team - Renault

Info Formule 1

Photos

Vidéos