A cause du tarmac de Miami, les pilotes de F1 doutent pour le spectacle en course

Il n’y a qu’une seule ligne, la trajectoire idéale

Recherche

Par Olivier Ferret

8 mai 2022 - 11:19
A cause du tarmac de Miami, les (...)

Un grand buzz entoure le premier week-end fastueux de la Formule 1 dans les rues de Miami - mais tous les pilotes n’offrent pas des éloges pour le nouveau circuit utilisé par la catégorie reine.

Il y a bien entendu l’aspect sécurité, qui est à revoir (à lire ici), mais aussi le tracé et surtout l’asphalte utilisé.

Le champion du monde Max Verstappen, par exemple, a appelé la section lente et étroite "Mickey Mouse" et Lewis Hamilton a également eu une phrase négative.

"En plus d’avoir l’impression de rouler sur un goudron digne d’un supermarché, il y a certaines sections de la piste qui ne sont pas dignes de la F1. C’est assez fun au volant mais cela n’apporte rien au spectacle je pense."

Carlos Sainz, pilote Ferrari, est également déçu, disant que hors de la trajectoire, "cela donne l’impression de conduire sur une route mouillée tant c’est glissant. L’asphalte se dégrade et les gravillons sont chassés sur les côtés de la ligne de course, comme les boulettes de gomme à une époque."

"Les manœuvres de freinage tardives risquent d’être difficiles en course. Il sera préférable d’avoir terminé le mouvement avant le point de freinage, au DRS."

Sergio Perez est d’accord : "je suis extrêmement déçu qu’il n’y ait pas d’adhérence hors de la ligne idéale. C’est comme du gravier, l’asphalte part en petits gravillons, des billes. C’est dommage car je pense que la course sera mauvaise à cause de cela."

"Cette surface est une blague en fait. La course va être difficile et les pilotes vont faire des erreurs parce que nous avons été mis dans cette situation. Je ne serais pas étonné à voir plusieurs drapeaux rouges."

Cela pourrait néanmoins aider les Red Bull en course.

"Nous sommes 8 km/h plus rapides dans la ligne droite, ce qui nous donne une chance de passer devant les Ferrari au DRS. Ensuite, seule la ligne idéale a de l’adhérence. Si vous vous en écartez, c’est comme de la glace. Elles ne pourront pas riposter," prédit déjà Helmut Marko.

Un asphalte ’"pas au standard" et à revoir pour 2023

Pour Fernando Alonso "l’asphalte n’est pas au standard de la F1. Il est difficile d’aller hors de la trajectoire, il y a des gravillons, cela va être difficile en course. On ne peut rien faire, on va faire le show comme ça mais il faut que ça change pour 2023."

Daniel Ricciardo a convenu qu’il n’était pas possible de s’écarter de la ligne de course.

"Vous devez littéralement rester sur cette seule ligne. Sinon, tu n’es plus vraiment sur la piste. Donc, en fait, au lieu de faire de ce circuit un bon défi, tu n’as qu’une seule option. La trajectoire et c’est tout. Donc je ne veux pas mentir et dire que j’aime la surface. Il faut la refaire pour l’année prochaine."

Un balayage de la piste suggéré avant le départ

Le poleman, Charles Leclerc, a lui indiqué que c’est si difficile que dans un souci d’équité, la piste doit être nettoyée avant le départ de la course.

"Tous les pilotes se sont plaints du manque d’adhérence hors ligne, donc si vous voulez faire un dépassement, vous devez le faire assez tôt avant le freinage. Sinon, j’ai du mal à nous voir faire des mouvements tardifs ou des feintes car il y a très peu d’adhérence."

"Même au départ, cela pourrait être très délicat sur cette ligne intérieure et la ligne extérieure du virage 1."

"Nous avons demandé à la FIA de s’assurer que la piste soit aussi propre que possible pour ce départ car nous pourrions voir des erreurs provenant de pilotes qui n’en sont vraiment pas responsables."

"C’est essentiellement comme conduire sur une ligne sèche et en dehors de la ligne, on a l’impression que c’est mouillé - nous avons donc besoin d’un peu d’aide de la part de la direction de course."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos