Formule 1

Wolff ne s’inquiète pas de voir 9 équipes seulement en F1

Marussia et Caterham n’auraient pas dû venir dans ces conditions

Recherche

Par Olivier Ferret

25 décembre 2014 - 09:59
Wolff ne s’inquiète pas de voir 9 (...)

Le nombre d’équipes engagées en Formule 1 pour la saison 2015 reste encore un mystère. Il pourrait y en avoir toujours 11 si Marussia et Caterham trouvaient chacun des repreneurs mais seule Caterham a encore un véritable espoir d’être sur la grille à Melbourne, Marussia n’ayant guère plus que sa licence à vendre après avoir cédé son usine à Haas et de nombreux objets aux enchères.

Il y aura donc 10 équipes au mieux, probablement 9. Pour Toto Wolff, le patron de Mercedes, il n’y a pas forcément de quoi s’inquiéter pour l’avenir.

"Il y a des écuries qui ont fait faillite, mais il y en a toujours eu en F1. Marussia et Caterham n’auraient jamais dû venir. Je sais, on leur a vendu un budget plafonné qui n’a jamais été mis en place, mais quand tu rentres dans un business, il faut le comprendre. Si le risque est plus gros que la possibilité de réussite, il ne faut pas insister," estime l’Autrichien dans les colonnes d’AutoHebdo.

"Le niveau d’entrée dans un sport comme la F1 est haut, très haut. Je ne vais pas créer demain une équipe de foot et entrer ipso facto en Ligue des Champions. Il faut un ticket d’entrée haut en F1, car la valeur des équipes doit être élevée."

Mais n’est-ce pas le signe avant-coureur d’autres difficultés pour des équipes comme Lotus, Sauber ou Force India ?

"Ce que nous vivons en Formule 1, actuellement, a effectivement de quoi inquiéter. Par contre, si l’on replace la période dans un contexte historique, il y a beaucoup moins de raisons d’avoir peur. Il y a toujours eu des périodes un peu folles avec des écuries qui entrent et qui sortent, des constructeurs qui viennent et qui repartent."

Wolff ose une comparaison avec le spectacle en piste, qui a également fluctué lors des dernières années.

"Il y a eu aussi, par le passé, des Grands Prix sans aucun dépassement. Au début des années 2000, au plus fort de la domination Ferrari - Schumacher, il n’y en avait quasiment pas. Actuellement, sur le plan sportif, je pense que c’est plutôt pas mal."

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less