Formule 1

Wolff fustige le ‘lobbying pathétique’ de certaines écuries sur les Pirelli

Ferrari dans le viseur ?

Recherche

Par Valentin Vilnius

12 novembre 2018 - 18:20

L’an prochain, pour lutter contre le cloquage des pneus en course, Pirelli apportera des composés avec une bande de roulement moins épaisse de 0,4 millimètre, comme au Paul Ricard, à Barcelone et à Silverstone cette année. Ces changements avaient semblé plutôt à l’avantage de Mercedes, qui souffre plus particulièrement de ce blistering cette année – même s’il faut rappeler que Sebastian Vettel a reconnu que ces pneus étaient de meilleure qualité.

« Je ne peux dire que ce sera le même produit » précise Mario Isola, le directeur de la compétition de Pirelli. « Nous avons une nouvelle construction, de nouvelles géométries, mais c’est dans le même esprit. Nous avons fait quelques modifications au nouveau produit, pour que les pneus surchauffent moins. Nous avons aussi un peu modifié le design des composés. Par exemple, ils auront une plus grande fenêtre de fonctionnement, pour les protéger de la surchauffe. »

Au moment du Grand Prix d’Espagne, Ferrari avait tout de même regretté que la FIA ait pris cette décision, en sous-entendant que l’influence de Mercedes avait été décisive.

Mercedes a-t-elle encore eu gain de cause pour 2019 ? Interrogé sur les choix de Pirelli, Toto Wolff a dégainé au quart de tour et répondu par l’offensive.

« Il y a des gens qui n’ont aucune idée de la réalité, et qui se mêlent de discussions au sujet du futur design des pneus, pour dire comment ils devraient se comporter. Ils devaient rester en dehors de tout ça et écouter les pilotes et les équipes. Et les équipes ne devraient pas être opportunistes comme elles l’ont été par le passé, en pensant que quelqu’un avait un avantage ou un désavantage, de manière à faire du lobbying pour pousser dans une certaine direction. »

« C’est ce qui s’est passé avec cette histoire de pneus, si vous vous rappelez ce qui est arrivé il y a six mois. C’est juste incroyable que les gens disent ‘Oui, Mercedes veut ce changement parce que leurs pneus cloquent.’ Et ensuite à la course suivante, une autre équipe voyait ses pneus cloquer et ils n’avaient même pas pu finir leurs relais comme prévu. »

« C’est juste pathétique de voir à quel point l’opportunisme guide le comportement des actionnaires dans ce business, pour pousser dans une certaine direction, au détriment du sport. »

L’affaire semble déjà entendue pour les années à venir : Pirelli va devoir faire marche arrière et créer des pneus plus endurants, pour permettre aux pilotes de se battre.

Les pneus moins endurants et plus fragiles de cette année n’étaient pas du goût de Toto Wolff… Il ne les regrettera pas !

« La F1 a totalement fait fausse route. Nous avons soutenu Pirelli parce que nous savons que c’est une tâche difficile pour eux. Les dernières années, nous leur avons simplement demandé de mauvaises choses, en rendant les pneus plus tendres, et de plus en plus tendres, pour essayer d’avoir plus de dégradation et donc plus d’arrêts. Mais alors, les stratégistes ont décidé de ralentir le rythme en course, pour gérer ces pneus et essayer d’en rester à un arrêt, ou parfois deux arrêts. »

Mercedes

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less