Formule 1

Wolff et Horner n’approuvent pas la pénalité de Vettel

Les cas doivent être vus individuellement

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 octobre 2018 - 08:44
Wolff et Horner n'approuvent pas la (...)

Sebastian Vettel s’est montré critique envers la pénalité de 3 places sur la grille qu’il a reçue hier pour la course de ce dimanche, et il n’est pas le seul à être de cet avis.

Toto Wolff et Christian Horner, patrons des équipes rivales de Ferrari, regrettent que les commissaires appliquent des décisions pour simplement garder une certaine constance, après que Daniel Ricciardo et Esteban Ocon ont reçu les mêmes pénalités par le passé.

"C’est difficile car il y avait une décision que j’avais trouvée un peu difficile contre Esteban le week-end dernier, et ça a causé un précédent" explique Wolff. "Pour le championnat, évidemment, ce n’est pas une bonne chose que Sebastian ait été pénalisé. Nous aurions préféré qu’il soit devant et qu’il fasse le show."

Horner est tout aussi direct que Wolff : "C’est une règle merdique mais ils doivent garder une certaine constance car sinon, c’est une farce de pénaliser un pilote et pas un autre d’une course à l’autre. Mais ce n’est pas une bonne règle. Si un pilote commet un crime comme cela, de faire un excès de vitesse, le pire pour lui serait de lui donner une amende."

"Donnez lui une pénalité, une tape sur les doigts, une amende et donnez l’argent à une œuvre de charité. Ce n’est pas bon de donner trois places de pénalité pour une limite qu’il a tout juste dépassée, comme l’avait fait Daniel. Cela affecte la course et les qualifications, ce n’est pas une bonne pénalité."

Selon le Britannique, il serait plus préférable d’avoir un arbitre qui étudie de manière isolée chaque cas, plutôt que de devoir se référer aux précédents.

"Nous avons trop de règles dans ce sport. Parfois, il faut un arbitre et il faut que cet arbitre puisse avoir de l’importance. Chaque infraction sera toujours un peu différente et c’est à l’arbitre de juger une situation individuellement. Je pense que nous essayons, au travers de ces réunions de managers, de tout réglementer, mais chaque situation est différente."

Pour Toto Wolff, le sujet spécifique du drapeau rouge et du rythme à adopter doivent être discutés plus en détail : "Je pense que nous avons besoin d’en parler car la sécurité des commissaires et de la voiture qui est dans le mur est très importante. Mais nous devons étudier le règlement."

expand_less