Formule 1

Whitmarsh : La F1 réagit mieux en période de crise

La prochaine se profile précisément

Recherche

Par

29 août 2013 - 19:09
Whitmarsh : La F1 réagit mieux en (...)

Depuis la vague de départ des constructeurs, la Formule 1 essaie de laisser penser qu’elle n’est pas touchée par la crise financière. Cependant, tout laisse à penser que, contrairement à une lointaine époque où seules les équipes de fond de peloton étaient victimes de leur manque d’argent, le nombre d’équipes touchées par ces difficultés va être plus important.

En effet, au-delà des petites équipes telles que Caterham et Marussia, ou encore HRT qui a dû mettre la clé sous la porte fin 2012, on sait que Sauber et Williams ne dépendent que de leurs investisseurs respectifs. Les retards de salaire s’accumulent chez les uns, les factures s’entassent chez les autres, et l’on se retrouve avec moins de la moitié des équipes dans une santé financière correcte. Peut-on espérer voir cette situation s’améliorer ?

« Malheureusement, la Formule 1 réagit mieux en temps de crise » reconnaît Martin Whitmarsh. « Peut-être que nous attendons la prochaine vraie crise pour réagir encore. Quand on a eu les retraits successifs de Toyota, Honda et BMW, nous avons pris des mesures tous ensemble qui ont permis de faire survivre les équipes restantes. C’était une bonne période ».

« Nous avons commencé à nous complaire dans cette situations puisque nous n’avions plus d’équipes menacées ou disparues, HRT exceptée. Mais ce qui se passe maintenant est que toutes les équipes se retrouvent à faire machine arrière. Nous concernant, le futur est assuré avec le partenariat avec Honda ».

Comment entrevoir l’avenir, à la veille d’un changement majeur de réglementation qui engendre forcément des coûts supplémentaires ? Ne risque-t-on pas de voir d’autres équipes disparaître ?

« Nous allons bien, ainsi que Mercedes, Red Bull et Ferrari, mais les autres équipes sont en difficultés » reconnaît l’Anglais. « Nous connaissons les difficultés de Lotus, ainsi que celles de Williams et Sauber. Ce sont des bonnes équipes, mais elles doivent relever d’énormes défis puisque les coûts des moteurs ont augmenté, les coûts des échanges ont augmenté et c’est un vrai défi dans un environnement marketing compétitif, c’est un vrai souci ».

La situation semble urgence, et pourtant les difficultés tardent à arriver, comme si la fédération et les équipes attendaient le passage à la nouvelle réglementation avant de compter les victimes, et d’ensuite agir dans l’urgence complète lorsque le danger se présentera.

« Honnêtement je ne pense pas que nous agissons assez. Je l’ai ouvertement dit à Bernie Ecclestone. Le problème est que nous allons courir, et nous sommes obnubilés par ça, et tant qu’il n’y aura pas une catastrophe devant nous, nous ne nous y consacrerons pas » conclut un Whitmarsh pessimiste.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less