Formule 1

Vettel avait fomenté son ‘attaque surprise’ sur Bottas quelques tours avant

Une attaque qui rapporte 7 points

Recherche

Par A. Combralier

8 juillet 2018 - 20:22
Vettel avait fomenté son ‘attaque (...)

Sebastian Vettel a remporté une victoire à la saveur particulière, sur les terres de Lewis Hamilton, qui lui permet d’augmenter son avance au classement. Le pilote Ferrari est passé en tête au prix d’une manœuvre autant rusée que remarquable.

« C’était assez intense » confirmait-il en conférence de presse. « Bien sûr j’avais l’avantage des pneus mais Valtteri avait piste libre devant lui, donc je pouvais le suivre en lignes droites, mais il était difficile de me rapprocher vraiment. J’avais déjà senti que j’aurais une chance quelques tours avant mon dépassement, au virage 4 et ensuite dans la ligne droite de Wellington jusqu’au virage 6. »

« Et bien sûr j’ai pu le surprendre, j’ai pensé qu’il n’avait pas imaginé que j’oserais aller à l’intérieur ! Plus je passais du temps derrière lui, et plus j’allais souffrir avec mes pneus et les surchauffer. »

« La sensation était formidable quand nous étions côte à côte, je n’étais même pas sûr de pouvoir prendre le virage. Mais je l’ai fait, donc c’était formidable et une fois devant, j’ai pu utiliser mon avantage au niveau des pneus pour creuser un écart et contrôler la course. »

« Auparavant, j’avais essayé de le dépasser à l’extérieur et il avait freiné très tard, donc je me suis dit qu’il fallait que je tente autre chose pour le surprendre. Sur mon dépassement, il couvrait l’intérieur mais m’a quand même laissé un petit espace que j’ai utilisé. Et une fois devant, je n’avais plus de perturbation aérodynamique et j’ai pu prendre le virage comme il faut. »

« Nous avons un peu souffert sur la fin avec les pneus, mais je voulais passer dès que possible, c’était la clef. »

« C’était une manœuvre cruciale, et difficile. Mercedes semblait très solide en lignes droites, mais bien sûr avec les DRS et les pneus, j’étais plus solide à la fin des lignes droites, donc ça a marché. »

Sebastian Vettel a eu chaud, et d’autant plus que sa Ferrari semblait en-deçà des Mercedes lors du dernier relais…

« Je ne suis pas d’accord. Au premier relais il était crucial de creuser un écart. Et la fin, les pneus de Valtteri Bottas étaient un peu en meilleur état. Mais dans le deuxième relais, nous contrôlions largement la course. Nous aurions été OK. Bien sûr, nous avons ensuite décidé de nous arrêter lorsque la voiture de sécurité est entrée en piste. Donc j’ai eu un arrêt gratuit mais après le restart je savais que j’aurais ma chance, avec des pneus plus frais. »

La Ferrari a affiché tout de même un très bon niveau de performance, sur une piste qui ne devait pas lui être forcément favorable. A-t-elle passé un test définitif validant son niveau face à la Mercedes jusqu’à la fin de la saison ?

« Ce week-end, ce fut un peu différent, il faisait très chaud, ce qui est inhabituel ici. Il y avait moins de vent, un nouvel asphalte, donc oui, pas mal de nouveautés. Mais le principal, c’est que nous étions compétitifs, pas comme par le passé. Nous avons une très bonne voiture, nous avons amené quelques nouvelles pièces qui ont semblé marcher. Cette fois-ci, nous étions à la hauteur et au niveau. Nous avions le rythme sous contrôle, nous avons bien géré la course. »

« C’est fantastique de gagner une course ici, cela faisait longtemps pour moi. C’est l’une des pistes les plus satisfaisantes pour un pilote, et gagner ici, c’est formidable. »

expand_less