Formule 1

Toro Rosso s’attend à franchir un grand pas en avant avec Honda

Méthode Coué ?

Recherche

Par A. Combralier

30 septembre 2017 - 17:53
Toro Rosso s'attend à franchir un (...)

Toro Rosso aura l’an prochain un nouveau pilote pour remplacer Carlos Sainz (voire deux si Daniil Kvyat est définitivement écarté), et également un nouveau moteur avec Honda. On peut parler de révolution chez la petite Scuderia !

Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, pense que l’accord avec Honda porte en lui les germes du succès, même si le motoriste japonais est dépassé par les événements depuis 2015…

« Le partenariat entre McLaren et Honda était un peu difficile par le passé, comme les deux parties l’ont révélé. Nous savions que McLaren cherchait un autre partenaire, donc nous avons commencé à négocier avec Honda et à la fin nous avons trouvé un accord pour les trois prochaines années. »

« La beauté de cet accord, c’est que nous nous attendons à une coopération fructueuse avec Honda, parce qu’autrement, nous n’aurions pas signé cet accord. Je suis convaincu que Honda réglera tous ses problèmes techniques et je suis aussi convaincu que le moteur est déjà bien meilleur que ce beaucoup de personnes pensent, parce que McLaren est assez proche de nous - malheureusement – et même parfois plus rapide que nous. Donc je suis sûr que cette coopération sera couronnée de succès. »

Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, a assuré avoir confiance Honda pour construire un moteur compétitif, mais guère avant plusieurs saisons. Toro Rosso a-t-elle le temps de se montrer plus patiente que l’écurie de Woking ?

« La question, c’est de savoir de combien de temps nous parlons. Je m’attends vraiment à ce que dès l’an prochain, le package de Honda soit compétitif. »

Toro Rosso pourrait donc recueillir les fruits de la patience de McLaren en 2018, sans avoir eu à subir le moteur japonais durant plusieurs saisons… à la plus grande joie de Tost !

« Si c’est ainsi, très bien ! Pourquoi pas ? Nous sommes ouverts ! Et n’oubliez, pour Toro Rosso, la coopération avec Honda signifie un pas en avant, à 100 %. Chez Renault, nous sommes la troisième équipe et nous la seule équipe motorisée par Honda au contraire, donc nous nous attendons à beaucoup de choses positives grâce au design de la voiture [avec une bonne intégration du châssis dans le V6] et à notre coopération avec Honda. Donc encore une fois : pour nous, cet accord, c’est un grand pas en avant. »

Sauber avait pourtant annulé son accord avec Honda. L’écurie suisse craignait que McLaren, séparée de Honda, ne lui fournisse plus de boîte de vitesses.

« Nous produisons notre propre boîte » explique Franz Tost. « Donc c’est vraiment facile pour nous. C’est Toro Rosso : nous sommes flexibles ! C’est un vrai point positif en plus de notre côté. »

Chacun dans le paddock a bien compris que Red Bull viserait aussi un transfert chez Honda en 2019. Toro Rosso serait ainsi utilisé comme mulet pendant une saison.

« Pour confirmer cela, vous devez d’abord parler avec Red Bull Racing. Nous savons seulement que nous avons un accord de trois ans » répond, moins confiant, Franz Tost.

Pour autant, la stabilité moteur n’est pas le point fort de Toro Rosso. Après être passé de Ferrari à Renault, et inversement, voici maintenant que la petite Scuderia file chez un motoriste japonais. Comment gérer tous ces changements ?

« Cela montre d’abord à quel point nous sommes flexibles. Nous y sommes habitués, donc c’est facile pour nous. Imaginez, notre dernier changement, de Ferrari à Renault, c’était il y a dix mois. Donc rien ne peut nous choquer. Et maintenant, nous aurons un moteur japonais pour les trois prochaines saisons. Je vois aussi les bénéfices d’avoir un certain degré de stabilité, mais cela fait partie de l’équipe. »

« James Key, notre directeur technique, et son groupe d’ingénieurs, sont la source de cette stabilité et c’est d’eux que nous tirons notre force. Et nous avons montré que nous sommes capables de nous battre avec des équipes ayant beaucoup plus de stabilité que nous. Avec tous ces changements auxquels nous avons toujours dû faire face, nous avons constamment été en position d’avoir notre voiture prête pour le premier test de pré-saison, et c’est une grande réussite. Mais encore une fois, il ne faut pas absolument changer de moteur d’une saison à l’autre ! (Rires). »

« Au sujet de nos nouveaux partenaires japonais, la bonne nouvelle, c’est que j’ai vécu au Japon pendant une année, donc je suis conscient des difficultés qui pourraient se soulever en termes de communication, et nous travaillons déjà sur le sujet. »

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less