Formule 1

Toro Rosso peine à Singapour et s’attendait à bien mieux

Tout n’est pas encore perdu

Recherche

Par A. Combralier

14 septembre 2018 - 18:06
Toro Rosso peine à Singapour et (...)

Sur un circuit où la qualité du châssis importe davantage que celle du moteur, il était possible d’en attendre un peu plus de Toro Rosso ce vendredi à Singapour. Mal classées en EL2, les monoplaces italiennes ont encore du mal à dompter le tracé de la cité-État.

« C’était sympathique de faire l’expérience de Singapour pour la première fois » déclare pour sa part Brendon Hartley. « Ce fut une journée assez tranquille pour nous, sans grand problème sur la voiture. Je n’ai pas commis d’erreur, même s’il y a plus de temps à trouver sur les deux voitures puisque nous voulons toujours finir plus haut en qualifications. J’ai très rapidement trouvé de la vitesse sur ce circuit, et la gestion des pneus sur les longs relais a l’air très bonne. Il y a toujours un peu de travail à faire ce soir avant les EL3 demain. »

Pierre Gasly ne se cache pas et évoque de son côté une journée « assez difficile » pour lui et son écurie.

« En termes de performance, nous n’étions pas aussi compétitifs qu’espéré, et pour le moment nous souffrons un peu avec l’équipe. Nous manquons de performance pure donc nous devons prendre le temps ce soir pour découvrir pourquoi, et pour analyser toutes les données. La piste de Singapour est géniale, surtout la nuit ! Elle est si rythmée ; elle est aussi très technique et pose un défi aux pilotes dans ces conditions de forte chaleur. Et l’ambiance est formidable. C’est vraiment du plaisir, mais pour le moment je ne me sens pas très à l’aise dans la voiture, donc nous allons travailler dur pour essayer d’arriver avec quelques changements demain pour faire progresser notre performance. »

Jonathan Eddolls, ingénieur de course en chef, admet que Toro Rosso « s’attendait à être plus compétitive, puisque cette piste devrait convenir aux caractéristiques de notre voiture. » Il pointe des problèmes au niveau « de l’équilibre de la voiture » pour une partie, et au niveau de « l’optimisation des conditions d’exploitation des pneus » par ailleurs.

« Notre rythme en longs relais semblait raisonnable, mais nous savons que ce sont les qualifications qui importent surtout ici. »

expand_less