Formule 1

Susie Wolff regrette l’importance du genre en sport auto

Elle voudrait que ça passe au second plan

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 décembre 2018 - 09:02
Susie Wolff regrette l'importance du (...)

Susie Wolff est impliquée dans le sport auto depuis de nombreuses années et elle est désormais à la tête de l’équipe Venturi en Formule E. Elle avoue aujourd’hui qu’elle aimerait pouvoir simplement être considérée comme telle, et pas devoir parler de son genre au lieu d’aborder les questions sportives.

"Je n’ai jamais joué sur mon sexe, j’ai été un peu choquée d’apprendre, lorsque j’ai été annoncée dans mon rôle, qu’il s’agissait toujours de mon sexe" regrette Wolff, qui aimerait une parité entre les hommes et les femmes.

"Même aujourd’hui encore, pour chaque interview, je continue de parler massivement de mon genre et des questions de genre au sein du sport. Je ne fais pas ce que je fais pour prouver ce dont une femme est capable. Je ne fais pas ce que je fais pour rendre la Formule E plus diversifiée. Je fais ce que je fais pour réussir. Si c’est une source d’inspiration, alors c’est super."

Elle avoue en revanche avoir appris les ficelles du métier auprès de son mari, qui a mené Mercedes aux deux titres lors des cinq dernières saisons : "Surtout cette année, où le défi était plus grand, j’ai pu voir comment il construit l’équipe, comment il assemble des personnes et s’assure que tout le monde soit motivé."

"Il apporte une énergie, l’énergie que vous ressentez quand vous allez à l’usine ou que vous marchez dans cette équipe pendant un week-end de course. Ils ont une confiance et une foi absolues et quand des échecs arrivent, ils apprennent d’eux. Ils ne permettent pas l’apparition de fissures. Ils en sortent encore plus forts et cela demande beaucoup de force mentale. Il est inspirant et j’ai de la chance de le voir de mes propres yeux."

Son équipe aligne Felipe Massa et Edoardo Mortara, tandis que Simona de Silverstro est pilote d’essais. Cette dernière prendra part dimanche à une séance d’essais sur le tracé saoudien, une séance dans laquelle on retrouvera sept femmes.

"J’espère que certaines de ces filles pourront vraiment montrer ce dont elles sont capables et que cela leur ouvrira des perspectives à plus long terme, car il ne s’agit pas d’une journée d’essai ponctuelle qui n’est que de la poudre aux yeux. Il faut que ça mène à plus."

"Nous devons amener plus de femmes dans le sport, qu’il s’agisse de jeunes filles en karting ou hors piste. Plus on s’initie au sport, plus on s’élèvera au sommet du sport. Vous devez trouver des talents féminins qui sont assez bons pour concourir au bon niveau parce qu’aucune équipe ne va faire de compromis sur la performance en piste juste pour cocher une case genre."

expand_less