Formule 1

Sainz : Je suis un pilote complètement différent

Une saison d’apprentissage express

Recherche

Par Alexandre C.

31 décembre 2016 - 10:01
Sainz : Je suis un pilote complètement

Carlos Sainz a connu deux coéquipiers différents cette année avec Toro Rosso : Max Verstappen et Daniil Kvyat. Sur un plan plus personnel, l’Espagnol se dit aujourd’hui pleinement satisfait de sa campagne 2016, conclue à la 12e place du classement des pilotes avec 46 points marqués (contre 18 en 2015), grâce à trois courses finies dans le top 6.

« Je pense que je dois être très, très satisfait, ce n’est pas facile en F1 de bien performer tout au long de l’année » se réjouit aujourd’hui Sainz. « J’ai performé à un très haut niveau sur un bon nombre de courses en marquant beaucoup de points à partir de l’Espagne. Je pense que j’ai commis peu d’erreurs, donc je peux être très fier. Je me suis senti comme un pilote complètement différent de 2015, à la fois en termes de résultats et de sensations. »

« Le ressenti que j’ai aujourd’hui en F1 est très différent de celui que j’avais à la fin de l’année 2015, et j’en suis fier, puisque c’est exactement ce que je voulais. En 2015, j’étais probablement un pilote très frustré avec beaucoup de problèmes de fiabilité. Je n’étais pas capable de montrer mon plein potentiel, et je savais qu’en 2016, il serait temps de le montrer. »

Si l’heure est semble-t-il à l’auto-satisfaction, malheureusement pour l’ancien champion de Formula 3.5., la Toro Rosso, en deuxième partie de saison, a reculé dans la hiérarchie. Dotée d’un moteur V6 Ferrari 2015, elle a de plus en plus accusé un déficit de puissance. Carlos Sainz a commencé à ressentir les effets de ce développement gelé à partir du Grand Prix d’Allemagne, juste avant la trêve estivale – le début d’une série de six dimanches finis hors des points.

« Hockenheim était un tournant. Nous revenions de Bakou, du Canada, de l’Autriche, des circuits qui étaient tous sélectifs du point de la vue de la puissance moteur, et nous étions cependant toujours dans les points. Soudainement, nous sommes arrivés à Hocknehim, et je ne savais pas ce que les gens avaient fait, nous nous qualifions avec les mêmes réglages, avec le même aileron arrière, rien n’avait changé. Mais nous avons soudainement chuté de la 8e place à chaque course à la 14e. Monza, Spa et le Japon venaient ensuite. J’ai alors réalisé que la fin de saison serait rude. »

Heureusement, l’an prochain, Carlos Sainz aura moins de soucis à se faire du côté de la puissance moteur : il bénéficiera avec Toro Rosso d’un V6 Renault 2017 évolutif.

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less