Formule 1

Ross Brawn explique pourquoi la course de dimanche était serrée

Des stratégies différentes qui ont bien aidé

Recherche

Par Emmanuel Touzot

23 octobre 2018 - 13:15
Ross Brawn explique pourquoi la (...)

Ross Brawn est revenu sur la Grand Prix des Etats-Unis, à Austin, qui a donné lieu à un final grandiose avec une lutte à trois pilotes entre Kimi Räikkönen, Max Verstappen et Lewis Hamilton, qui sont montés sur le podium.

"La série de quatre victoires consécutives de Hamilton a pris fin, mais il s’est quand même légèrement rapproché de son cinquième titre" juge Brawn. "Maintenant, il doit juste être patient et retarder les festivités d’au moins une autre semaine."

"Les trois pilotes sur le podium ont franchi la ligne en moins de trois secondes. Ils ont tous utilisé des stratégies pneumatiques différentes, par choix dans le cas de Räikkönen et Hamilton et par nécessité pour Verstappen, qui est parti de l’avant-dernière ligne de la grille."

Le directeur technique de la F1 note la rareté d’une telle situation, où les équipes ont souvent tendance à se neutraliser au niveau des stratégies : "C’est inhabituel en Formule 1, où le niveau de sophistication en termes de simulation et de stratégie est si élevé que l’on n’obtient généralement pas une telle différence, surtout quand il s’agit des trois meilleures équipes."

"Cela s’explique probablement par le fait que personne n’avait pu rouler avec des pneus slicks vendredi, car la piste était mouillée pendant les trois heures d’essais. Cela signifiait que les équipes disposaient de moins de données que d’habitude sur lesquelles elles pouvaient baser leurs plans de course, ce qui augmentait la marge d’erreur."

Cela pourrait-il faire pencher la balance en faveur de la réduction des essais libres ? Ou la restriction des données ?

"Pour utiliser une métaphore du football, lorsque deux équipes jouent parfaitement, un zéro-zéro est la conclusion logique. En Formule 1, lorsque toutes les simulations sont élaborées dans les moindres détails, elles convergent toutes vers la même stratégie optimale."

"Moins il y a de données, mieux c’est, donc, le spectacle est-il meilleur ? C’est définitivement plus incertain et c’est un autre sujet de discussion, puisque l’on cherche des moyens de rendre notre sport encore plus excitant, du premier au dernier tour, comme ce fut le cas ce dimanche à Austin."

expand_less